Sortie de livre

"Non ça doit changer"/ Alain Foka aux africains : «Arrêtons de pleurer et regardons vers l'avant»

Société
Publié le Source : Linfodrome
non-ca-doit-changer-alain-foka-aux-africains-arretons-de-pleurer-et-regardons-vers-l-avant Ce livre vient pour tirer les africains, en particulier les Ivoiriens, de leurs sommeils et inviter au développement d’un état d’esprit de gagnant.

La dédicace du livre "Non ça doit changer" de Noé Moïse Kossonou préfacé par le célèbre Alain Foka, a eu lieu le samedi 27 novembre 2021 à Abidjan Cocody en Côte d’Ivoire. A l’occasion, Alain Foka a vivement invité les africains à arrêter de pleurer sur leur sort et à regarder de l’avant.

Le préfacier de "Non ça doit changer" a insisté sur le fait que les africains peuvent toujours continuer à dénoncer ce qu'ils ont subi pendant des siècles de la part des colons, mais « ça devient très urgent » de plutôt chercher à « corriger » leurs droits. Pour Alain Foka, le changement, surtout d’état d’esprit de défaitiste à celui de gagnant, devient « un impératif ».

 

Le journaliste a exhorté les africains à « arrêter de pleurer » et à abandonner leur liste de blâme. « On doit aussi regarder comment on corrige nos droits. Arrêtons de pleurer et regardons vers l'avant. Ça devient très urgent », a-t-il tiré la sonnette d’alarme.

 

Les archives de l'autre et la pauvreté

 

Alain Foka a fait un partage d’expérience pour démontrer que l'histoire des africains est racontée par « les archives de l'autre ». Le préfacier de "Non ça doit changer" a estimé que cette situation doit être rectifiée. « Il est urgent que nous nous approprions nos archives à nous. Tant que nous ne faisons pas nos narratifs à nous, ne serons toujours les dindons de la farce. Nous nous sommes lourdement trompés. Faisons des propositions. Écrivons notre histoire, nos pensées », a martelé le journaliste engagé.

 

Il a également ajouté : « Proposons des solutions qui ne sont pas celles des scientifiques de l'autre côté. Essayons de diminuer le nombre de pauvres. Essayons de changer la donne. L’Afrique, personne ne viendra la changer à notre place. Discutions de ce que nous avons proposé ».

 

Pour sa part, Père Hyacinthe Loua, Directeur général du Cerap, a indiqué que ce livre "Non ça doit changer" de Noé Moïse Kossonou a été édité parce qu’il « travaille pour la promotion humaine ».

 

Un appel au changement

Selon Père Hyacinthe Loua, le titre "Non ça doit changer" est un appel au changement et une dénonciation des choses qui doivent impérativement changer. Un ouvrage qui se situe dans une perspective de développement. Un livre qui encourage à développer un état d’esprit de combattant.

 

Le Directeur général du Cerap a signifié qu’il faut étudier le mal qui détruit la société africaine. « Il faut apporter, proposer quelque chose d'utile. Le plus important c'est l'utilité de ce que vous apportez », a-t-il dit aux africains, notamment aux Ivoiriens.

 

Père Hyacinthe Loua a souligné que « la pensée ou la réflexion précède l'action ». Ce dernier a expliqué que l'auteur Noé Moïse Kossonou préconise aux africains la réflexion puis l'action pour le changement pour une vie meilleure. Il a fait comprendre qu’il faut sortir du silence devant la société. « Je nous invite à agir pour que ça change en complémentarité. Et ça doit changer », a déclaré le directeur général du Cerap.

 

En ce qui le concerne, Dr. Benoît Kouakou Oi Kouakou, présentateur de l'ouvrage, a noté qu’il est divisé en 3 parties. « Une œuvre de belle facture écrite dans un style agréable ». Il a relevé que l'auteur Noé Moïse Kossonou y fait preuve d'une grande culture, notamment par l'évocation des personnalités d'Afrique et d'ailleurs qui ont marqué leur temps et l'histoire.

La troisième partie qui renferme l'utilité du livre, est consacrée aux propositions pour vaincre la pauvreté en Afrique, particulièrement en milieu scolaire en Côte d’Ivoire. Ces propositions se résument en « l'émergence de leaders qui ont une vision haute de l'Afrique et de leur pays, des institutions fortes garantes des libertés, de la croissance et de la démocratie, ainsi que le mindset, l'état d'esprit du peuple qui permet d'atteindre les objectifs fixés ».

 

Dr. Benoît Kouakou Oi Kouakou a fait observer que dans "Non ça doit changer", Noé Moïse Kossonou recommande d’engager « avec force » la lutte pour l'éradication de la pauvreté dans la société. Une œuvre qui résonne tel un « appel à la prise de conscience de l'acteur social africain ».

 

Dr. Benoît Kouakou Oi Kouakou a aussi fait remarquer un point important. L'auteur du livre relève le manque d'intérêt accordé à l'éducation-formation par les dirigeants. Pour lui, la corruption est une des « causes structurelles de la pauvreté » en Côte d'Ivoire. « Merci à Moïse Kossonou de nous tirer de nos sommeils », a conclu le présentateur de l'ouvrage.

 

Eddy BIBI