Loi sur l'homosexualité : les députés ont tranché, voici ce dont il a été question

Publié le Modifié le
loi-sur-l-homosexualite-les-deputes-ont-tranche-voici-ce-dont-il-a-ete-question Les députés n'ont pas voté de loi sur l'homosexualité
Société

Ça fait l'actualité et secouée la toile,  l'introduction d'une prétendue nouvelle loi sur l'homosexualité dans le code pénal ivoirien. Après plusieurs jours de protestation et d'indignation par les citoyens ivoiriens, ce mardi 30 novembre, les députés étaient réunis pour examiner et adopter plusieurs lois dont celle qui a fait l'objet de débat.

L'article 226 nouveau proposé par le ministre de la justice et garde des sceaux, Sansan Kambilé devant la commission des affaires générales et institutionnels de l'Assemblée nationale et examinée en commission,le 18 octobre a créé des vagues d'humeurs et alimenté la polémique. Du fait, de l'expression " Orientation sexuelle", un terme selon plusieurs acteurs de la société dont les députés de l'opposition tend à légaliser l'homosexualité.

 Un fait jugé inadmissible au regard de nos us et coutumes. Il a donc fallu attendre, la session de ce mardi 30 novembre pour comprendre réellement de quoi il était question. D'abord, les députés ont à l'unanimité reconnu l'inexistence d'une telle loi. Ainsi, le débat qui a eu lieu, a été orienté sur d'autres aspects des lois proposées. Notamment le budget de l'État 2022 et le code pénal.

Le député de Yopougon Dia houphouet Augustin à l'instar du député de Tiassalé Assalé Tiémoko a tenu à rassurer,  "il n'y a pas eu le vote d'une quelconque loi sur l'homosexualité. tiens à vous remercier pour tout l'intérêt que vous avez porté à la séance Plénière de ce jour.Néanmoins je tiens à vous signifier qu'il n'était pas question d'une quelconque Loi portant sur l'homosexualité en Côte d'Ivoire encore moins sur "l'orientation sexuelle".

Mais qu'entendons-nous par orientation sexuelle et quelle était la motivation. Selon les explications, cette loi a été motivée pour la protection de toutes personnes quelles que soient ses orientations sexuelles ( homosexualité, zoophilie c'est à dire toute personne attirée par le plaisir sexuel pour ou des animaux etc. ne devra faire l'objet d'aucune discrimination.

Notons que, c'est l'une des rares occasions où les députés de toute obédience politique se sont mis d'accord. En clair, aucune loi sur l'homosexualité n'a été proposée. Tout ce à quoi l'on a assisté ces derniers jours sur la toile peut être mis sur le compte des rumeurs.

Carlos DOGBA