Promotion de l’agroécologie en Afrique de l’ouest: une enveloppe de 3 millions de fcfa pour chaque projet retenu

Publié le
promotion-de-l-agroecologie-en-afrique-de-l-ouest-une-enveloppe-de-3-millions-de-fcfa-pour-chaque-projet-retenu photo de la séance de travail
Société

L’Institut de Recherche pour le Développement (IRD) et l’Agence Universitaire de la Francophonie (AUF) ont organisé le mardi 16 novembre 2021, à l’Université Félix Houphouët-Boigny de Cocody, le dernier regroupement pour promouvoir l’agroécologie par la recherche et la formation en Afrique de l’Ouest (PARFAO) au cours duquel les acteurs de la recherche et de l’innovation en agroécologie ont fait le point sur 4 années de programme. ils ont été invités à faire l’état d’avancement des résultats et les perspectives de leur projet aux différents acteurs du programme.

Le terme est utilisé pour la première fois en 1928 par Basil Bensin, un  agronome américain d’origine russe, pour décrire l'utilisation de méthodes écologiques appliquées à la recherche agronomique. L’agroécologie désigne l'ensemble des composantes écologiques et sociales contribuant à la production, la distribution et la consommation de la nourriture. 

L’Institut de Recherche pour le Développement (IRD) et l’Agence Universitaire de la Francophonie (AUF) au travers d’un accord-cadre de coopération , ont monté le programme PARFAO sur la Côte d’ivoire, le Sénégal et le Burkina Faso. Ce programme au-delà de la  promotion de l’agroécologie, favorise la science de la durabilité et donc une recherche ayant un impact pour les populations. Initialement prévu sur trois années ( 2018-2020), le programme PARFAO a été prolongé jusqu’en 2021. Doté d’un budget total cofinancé par les deux parties de 300.000 Euros ( environ deux cents millions de FCFA), le programme se décline en deux volets. Le premier concerne la formation et l’interface science-société pour accroître le nombre de chercheurs en agroécologie, par le recrutement de huit doctorants, et le second, la science-société pour renforcer le dialogue et faire interagir le monde universitaire avec les acteurs de la société civile et économique pour produire des innovations dans les secteurs agroécologiques.

Selon les organisateurs, ce sont 10 dossiers ( sur une quarantaine de postulants) qui ont été sélectionnés au niveau des doctorants , huit d’entre eux ayant satisfait totalement au processus de validation.


La journée de mardi a été consacrée à la présentation des pays porteurs de projets. Il s'est agi des projets lauréats de la Côte d’Ivoire, du Sénégal et du Burkina Faso.

Pour faciliter le recrutement de doctorants en vue d’accroître le nombre enseignants en agroécologique, la journée de mercredi à été consacrée aux différentes présentations des concernés.

Chaque projet retenu bénéficie d’une enveloppe d’amorçage pouvant aller jusqu’à trois millions de FCFA. A l’ouverture de la cérémonie officielle de cette rencontre , Professeure Ouidad TEBBAA , Directrice régionale de l’AUF, a rendu un hommage « aux grands chercheurs qui ont porté le programme et ont travaillé en bonne intelligence en lui donnant un contenu ».

 Ouidad TEBBAA a indiqué que le programme PARFAO est particulier par sa thématique vu que l’agroécologie est une question stratégique dans nos pays. « C’est aussi un projet multi pays qui permet de travailler en étroite synergie entre le Burkina Faso, le Sénégal et la Côte d’Ivoire. C est un projet emblématique, parce qu’il vise à promouvoir les résultats des jeunes chercheurs », a-t-elle expliqué.

 

Donaldony avec Sercom