Côte d'Ivoire

Plafonnement du prix du thon: un opérateur dénonce "une décision unilatérale sans compensation"

Publié le Modifié le
plafonnement-du-prix-du-thon-un-operateur-denonce-une-decision-unilaterale-sans-compensation Patrick Zasso, opérateur économique ( à droite), Mamadou Touré (Mareyeur à gauche)
Société

Le gouvernement ivoirien a évoqué en Conseil des Ministres le mercredi 22 décembre 2021 le plafonnement du prix du thon à 400 Fcfa. Voici la réaction d’un opérateur de ce secteur.

Le Porte-parole adjoint du gouvernement, Mamadou Touré, a annoncé le plafonnement du prix du thon (faux thon) à 400 francs cfa lors du conseil des ministres du 22 décembre 2021. Au cours d’une conférence de presse ce mercredi 29 décembre 2021,Patrick Zasso, opérateur économique et Mamadou Touré, mareyeur au port autonome d’Abidjan, ont dénoncé une décision unilatérale.

Une grosse perte pour les mareyeurs

Au cours de son intervention, Mamadou Touré, Mareyeur au port autonome d’Abidjan, a fait  une démonstration pour mettre en lumière la perte qu’ils (mareyeurs) devaient observer si le prix de 400fcfa était maintenu en état. Il a indiqué que bien qu’étant le premier port thonier, la Côte d’Ivoire ne dispose pas de son propre thonier ( bateau).

« Pour faire bouger un thonier ou un bateau, il faut dépenser au moins 300 millions de francs CFA. Supposons que l’armateur accepte de nous vendre à 400 francs le kilogramme. Pour sortir le poisson du port, le kilogramme nous revient au minimum à 650 francs CFA. Alors d’’où  sort le plafonnement des prix? Qui supporte la perte? Comment L’État  va-t-il compenser ?  ou bien l’État a-t-il déjà compenser avec les amateurs? A-t-il tenu compte de nos pertes?»  a t-il soutenu.

Le gouvernement invité à revoir sa décision

Pour les conférenciers,  « le plafonnement du prix du thon à 400 francs Cfa sans associer les acteurs de ce secteur à cette décision est une grave erreur» par conséquent, le gouvernement a été invité à revoir sa position car diront-ils, « il ne s’agit pas de prendre des décisions, mais plutôt faire de sorte que celles-ci soient respectées par tout le monde».

trop de fausse taxes circulent au port

Pour sa part, Patrick Zasso, au nom des opérateurs économiques, a plaidé pour une réduction des frais de douanes au niveau du port. « Les opérateurs m’ont dit que les frais de douanes et du port restent trop chers, voire impossible. Le thon à lui seul a trois types de dédouanements. Trop de fausse taxes circulent au port. Un véritable casse-tête pour ces opérateurs qui font vivre le port».

À en croire les mareyeurs, si le plafonnement reste inchangé, la Côte d’ivoire connaîtra les jours à venir une pénurie de thon, une menace pour le ‘’garba’’ national.

Donaldony