Côte d’Ivoire/Affaire Africa Steel- Issiaka Diaby : La justice prononce un non-lieu en faveur d'Issiaka Diby, un nouveau procès prévu le 2 Février

Publié le Modifié le
cote-d-ivoire-affaire-africa-steel-issiaka-diaby-la-justice-prononce-un-non-lieu-en-faveur-d-issiaka-diby-un-nouveau-proces-prevu-le-2-fevrier Le président du collectif des victimes en Côte d’Ivoire(Cvci), Issiaka Diaby.
Société

Le président du collectif des victimes en Côte d’Ivoire(Cvci), Issiaka Diaby a comparu ce mercredi au Tribunal de Yopougon. Issiaka Diaby, depuis 2019 des suite d’une plainte de Chaabi Kahlil Hussein, co-gérant de la société Africa steel opérant dans le domaine du fer à béton pour « escroquerie portant sur des sommes d’argent, de vol de divers biens ; de faux commis dans des documents administratifs et usage de faux ; de faux et usage de faux en écriture privée de commerce, d’extorsion de fonds et de voies de fait ».

Constitué partie civil, issiaka Diaby poursuit devant la justice ivoirienne Chaab Iwaabi, Chaabi Kalili, Raja Chandra Seikara, d’origine libanaise et Cissé Amadou, un malien pour des voies de fait et violences, dans l’affaire contre la concession de la société Africa Steel.

Une ordonnance de non-lieu émise

Au cours d’une audience Issiaka Diaby a été blanchi. Une ordonnance de non-lieu émise, le 14 décembre 2021 par le 2e cabinet d’instruction du tribunal de 1ere instance de Yopougon, présentée, hier mercredi 12 janvier 2022 au cours de l’audience des présumés faussaires de fers à béton, tenu au tribunal de Yopougon, vient mettre fin aux poursuites contre M. Diaby

« pour charges insuffisantes ». « Attendu qu’il ne résulte pas de l’information charges suffisantes contre monsieur Issiaka Diaby d’avoir dans les mêmes circonstances de temps et de lieux que dessus, sciemment recelé en tout ou partie, des biens volés, enlevés, détournés ou obtenus à l’aide d’un délit ; faits prévus et punis par l’article 477 du code pénal ; par ces motifs, vu l’article 211 du code de procédure pénale ; disons n’y avoir lieu à suivre contre les inculpés », consigne l’ordonnance de non-recevoir.

Une décision de justice communiquée

 Cette décision de justice communiqué au juge président du tribunal correctionnel en tant qu’affaire nouvelle dans ce procès des présumés faussaires de fers à béton a eu pour conséquence immédiate « le renvoi de l’audience » à la date du 2 février prochain pour délibération après assignation ou jonction des deux dossiers pour en faire un seul.

Nous allons joindre les deux procédures et fixer l’assignation pour juger de cette affaire qui en réalité est une seule affaire.

« Nous allons joindre les deux procédures et fixer l’assignation pour juger de cette affaire qui en réalité est une seule affaire. Donc on va renvoyer pour que vous puissiez prendre connaissance du nouveau dossier pour délibérer (…) pour la clarté desdébats on va renvoyer et se trouver ici le 2 février pour délibérer », a déclaré le juge président du tribunal correctionnel.

 L’audience s’est déroulée en présence des parties

L’audience s’est déroulée en présence des frères Kahlil Hussein Chaabi et Wassim Chaabi, tous deux co-gérants de la société Steel Africa, mis en cause dans cette affaire par le président du Cvci. Heureux de cette décision de non-lieu de la justice, Issiaka Diaby a salué ce début de « triomphe de la vérité ».

Propos Issiaka Diaby

La justice est lente mais son verdict restaure le pauvre. Actuellement, le combat dans lequel je suis engagé est celui des Ivoiriens car il vise à mettre fin à la circulation de faux fers à béton sur notre marché.

« La justice est lente mais son verdict restaure le pauvre. Actuellement, le combat dans lequel je suis engagé est celui des Ivoiriens car il vise à mettre fin à la circulation de faux fers à béton sur notre marché mais vise aussi à ouvrir ce secteur d’activité aux nationaux. Le secteur du fer à béton est un pourvoyeur d’emploi mais il est géré par des personnes qui ne veulent pas que les Ivoiriens travaillent dans ce secteur », a expliqué le plaignant au terme de l’audience.

L’audience renvoyée au 02 février 2022

 Par ailleurs il faut noter que l’audience a été renvoyée au 02 février 2022, pour jumelage entre ce dossier et une ancienne procédure enclenchée par le président du CVCI portant sur la cession de l’entreprise d’Africa stell.


Au cours de l’audience de ce jour, la proposition des avocats de l’accusation Me Binta Bakayoko et Me Yeboua de jumeler lesdeux affaires a été accepté par le juge, après des échanges avec la partie adverse.Cependant la caution pour la recevabilité a été fixée à 200.000 FCFA. L’audience du 02 février sera donc consacrée au paiement et à l’ouverture des débats.

PK

Vidéo