Côte d'Ivoire

Mode : Les acteurs renforcent leurs capacités sur les nouveaux outils de travail

Publié le Modifié le
mode-les-acteurs-renforcent-leurs-capacites-sur-les-nouveaux-outils-de-travail Le président Roger Bango et les membres de son association ont renforcé leurs capacités à travers cette formation
Société

Des acteurs de l’écosystème de la mode ivoirienne, à savoir : stylistes, couturiers, accessoiristes, tisserands, maroquiniers et… filateurs se sont retrouvés, le vendredi 14 janvier 2022, à l’espace Pavillon Latrille aux deux-Plateaux, pour renforcer leur capacité sur les nouveaux outils de travail. Autour du thème : « Quel objectif pour le maitre académicien pour l’année 2022 »

Le réseau des professionnels du textile de Côte d’Ivoire, ‘’E’tanhi’’, a initié cette formation qui a réuni plus d’une centaine d’artisans, selon Roger Bango, le président dudit réseau. Elle a pour objectif de permettre aux acteurs de la mode de pouvoir prendre en marche le train de la mondialisation de ce corps de métier par l’utilisation de nouveaux outils de travail.

Le couturier à l’heure de l’usage de l’outil informatique

« Aujourd’hui, la nouvelle donne oblige le couturier à se servir d’outils informatiques et de logiciels pour produire bien en nombre important, en temps réel et à mieux maitriser la gestion de son entreprise. Cela n’est possible que par la formation », a fait remarquer le président de cette association qui envisage rehausser l’image des acteurs en Côte d’Ivoire.

« On ne peut pas vivre de ce métier sans l’industrialiser »

Et de poursuivre pour dire qu’il s’agit également de donner une orientation à tous ces acteurs de la mode. « Nous avons initié une forme d’objectifs pour que chacun à la fin de l’année tire son épingle du jeu. En réalité, on ne peut pas vivre de ce métier sans l’industrialiser. Car c’est l’industrialisation qui nous permet de produire à grande échelle », a souligné le président de ‘’E’Tanhi’’.

Il a fait remarquer le grand problème des acteurs de la mode en Côte d’Ivoire se situe au niveau des prix des matières premières et productions qui sont « élevés ». « Parce que nous ne produisons pas assez. Et pour le faire, il faut aller à l’industrialisation. Non seulement pour produire en quantité et agir sur la masse, mais aussi pour que nous puissions vivre normalement des fruits de ce métier. Cela passe par la formation. D’où l’importance de celle de ce jour », a-t-il dit.

Plusieurs acteurs satisfaits de la formation

Des délégations venues notamment de Yamoussoukro, Toumodi Bouaké, Bouaflé se sont félicitées de cette formation. Qui, selon Moussa Tuo de la région du Gbêké a été très enrichissante. « Nous ne pouvons que dire merci au président de E’Tanhi pour cette initiative et surtout pour ce qu’il fait pour la mode en Côte d’Ivoire », s’est réjoui le président de l’amicale de la mode du Gbêkê

L’association ‘’E’Tanhi’’ est née il y a un an. Elle s’est donnée pour mission de fédérer, informer et former les acteurs de l’écosystème de la mode ivoirienne. Et d’en faire des leaders de demain sur le marché du textile au plan national et international.

Pour y arriver, elle a mis sur pied l’Académie des Maitres. Cette Académie est dédiée à la formation continue des Maitres artisans. Elle vient remédier au déficit de capacité technique et managériale des dirigeants et artisans dans le domaine de la gestion d’entreprise.

Adolphe Angoua

Info : J.B.

Sauf autorisation de la rédaction ou partenariat pré-établi, la reprise des articles de linfodrome.com, même partielle, est strictement interdite. Tout contrevenant s’expose à des poursuites.