Lutte contre la covid-19 : Les chercheurs ivoiriens en communication apportent leur contribution

Publié le
lutte-contre-la-covid-19-les-chercheurs-ivoiriens-en-communication-apportent-leur-contribution Les chercheurs de Lsac (PhDr)
Société

Avec l’appui financier du Fonsti, le laboratoire des sciences de la communication, des arts et de la culture (Lscac) a effectué une étude sur la gestion de l’information et éducation pour la santé en période de crise sanitaire de type covid-19 en Côte d’Ivoire. La restitution de cette étude s’est faite le mardi 22 février 2022 au Campc situé à Cocody sous forme d’un séminaire.

Un an et demi de recherche avec un budget de 19 millions 300 milles de Fcfa octroyés par le Fonsti, cette étude a porté sur un échantillon de 1000 personnes. Elle a été effectuée essentiellement sur cinq (5) communes du district d’Abidjan. Ce sont Bingerville, Cocody, Yopougon, Marcory et Port-Bouët.

Représentant le ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, Pr Adama Diawarra, Cissé Sindou a reconnu tout le bien fondé d’un tel séminaire. Il vient démontrer le souci qu’on les chercheurs pour la chose publique.

 « Ce séminaire nous rassure sur l’idée que les chercheurs ont à cœur les enjeux communicationnels liés à la pandémie du covi-19 et ont pris l’initiative de combler la réflexion très pointue sur comment gérer sur la plan communicationnel une crise sanitaire de type Covid-19.  Qui ne souviens pas de la frayeur des craintes et inquiétude à l’idée qu’on puisse passer de vie à trépas en l’espace de quelques seconde » a-t-il déclaré.

Poursuivant, il a encouragé les hommes des sciences à œuvrer dans une synergie d’esprit et interdisciplinaire pour relever les grands défis. Il a par ailleurs ajouté que leur ministre de tutelle « connait toutes les difficultés du monde de la recherche. Il a rassuré du soutient du ministère sur les projets de recherches. Si nous sommes pauvres en ressources financières, nous sommes riches en ressources humaines de qualité ».

Au nom du Fonsti, Pr Alphonsine Kouassi a noté que le projet du Lsac a été un projet innovateur. A l’entendre cette opération a un réel impact sur la population ivoirienne. Et c’est ce qui a milité en la faveur du choix de ce projet.

Les leçons à retenir

Chercheur principal de ce projet, Pr Hugues Koné, professeur titulaire en sciences de l’information et de la communication à l'université Félix Houphouët-Boigny, a livré un pan de la finalité de cette étude. Il veut faire comprendre que la population doit se fier en premier aux autorités publiques en matière de source d’information. Il est important de faire attention aux rumeurs dans ce genre de crise sanitaire.

En période de crise sanitaire la source la plus crédible c’est le pouvoir public

« Ce que nous voulons que les populations retiennent c’est qu’en période de crise sanitaire la source la plus crédible c’est le pouvoir public parce que les autres sources ont des intérêts cachés c’est-à-dire vous ne savez quels sont les motivations derrière cette communication. Donc il est important de se fier à la communication publique, deuxièmement il est important de chercher à vérifier les informations que l’on reçoit » a-t-il expliqué.

Insistant, il invite les populations à se fier aux canaux officiels de diffusion d’information. « En définitive durant une crise sanitaire il faut savoir qu’il y a de pouvoir dont le devoir est de faire tout ce qu’il faut pour éviter la souffrance et la mort et donc il faut véritablement nous faire confiance, bien entendu faire aussi confiance au relais officiel et au relais qui ont été formés pour diffuser l’information » a-t-il souligné.

Suite à l’observation d’un certain nombre de dysfonctionnements en terme de stratégie de communication, le maitre de conférence au département en sciences de l’information et de la communication et coordonnateur de ce projet, Jean Jaques Bogui a énuméré un certain nombre de solutions proposées à l’issue des recherches.  Deux guides ont été proposés, celui en matière d’information et de rumeurs ainsi qu’un autre qui concerne la santé et les mesures barrières.

Ils ont encore soumis une approche pour une meilleure coordination et un observatoire qui va permettre de faire une veille sur la question et anticiper. Enfin, ils ont souhaité une réorientation stratégique en terme de communication sanitaire.