Effondrement d’immeubles en Côte d’Ivoire : Issiaka Diaby met en cause la corruption dans le milieu de la construction

Publié le
effondrement-d-immeubles-en-cote-d-ivoire-issiaka-diaby-met-en-cause-la-corruption-dans-le-milieu-de-la-construction Issiaka Diaby président du Cicv (PhDr).
Société

Président du collectif des victimes en Côte d’Ivoire (Cvci), Issiaka Diaby a pondu une déclaration dont Linfodrome a eu copie pour encore dénoncer la corruption qui a cours dans le milieu de la construction.

Issiaka Diaby a d’abord déploré le dernier accident en date dû à un effondrement d’immeuble. L’événement s’est passé dans la nuit du dimanche 27 février 2022 dans la commune de Treichville.

« Il est de notoriété que depuis quelques années en Côte d’Ivoire, des immeubles, des   maisons construites à Abidjan et dans certaines villes de l’intérieur, s’écroulent en cascade. Souvent au grand dam des autorités qui nous gouvernent et surtout de la population. Le dernier effondrement d’immeuble date de quelques heures, dans la nuit du samedi 26 au dimanche 27 février 2022. Un immeuble de sept (7) étages en construction s’est effondré sur des habitations voisines causant la mort de plusieurs personnes dans la commune de Treichville. Quelle tragédie ! » a-t-il noté 

Le Collectif des victimes en Côte d’Ivoire (CVCI) est consterné par tant de laxisme du gouvernement Ivoirien

Il ajoute que « Des Ivoiriens meurent, des habitants de la Côte d’Ivoire meurent dans ces effondrements d’immeubles sans qu’aucune mesure draconienne ne soit prise pour régler ce problème grave de sécurité public. Le Collectif des victimes en Côte d’Ivoire (CVCI) est consterné par tant de laxisme du gouvernement Ivoirien face à ce drame qui devient national » a-t-il déploré.

Issiaka Diaby estime qu’« il est temps de se lever pour endiguer ce phénomène qui fait peur ».  Tout repose sur la corruption, à l’en croire. « Depuis près de trois (3) ans, le CVCI et son président sont engagés dans un combat en vue de faire triompher le droit, la vérité sur des pratiques qui n’honorent pas la Côte d’Ivoire. Je veux parler de la corruption qui gagne du terrain dans notre pays » a-t-il souligné

Un appel aux autorités ivoiriennes

Devant cette gangrène, le Cicv et son président ne se lassent pas d’interpeler les autorités. Issiaka Diaby souhaite que le président en personne se charge de cette affaire qui n’a que trop duré. Et elle concerne de manière spécifique le fer à béton qui est trafiqué. Alors qu’il est essentiel dans la construction des immeubles.

« Les Ivoiriens ne méritent pas de mourir dans des écroulements d’immeubles parce que certaines personnes ont décidé de s’enrichir illicitement en fermant les yeux sur la prolifération d’un dangereux fer à béton sur le marché national. Nous disons NON !» a-t-il dénoncé.

« Nous réitérons notre appel au président de la République, Son Excellence Monsieur Alassane Ouattara, au Premier Ministre, Patrick Achi, et à tous les dignes fils de la Côte d’Ivoire afin que, définitivement, soit brisé ce réseau mafieux identifiable qui ne cesse d’endeuiller la Côte d’Ivoire pour des besoins d’enrichissements illicites » a-t-il lancé.