Cherté de la vie : Ouattara prend de grandes décisions, les dispositions arrêtées

Publié le Modifié le
cherte-de-la-vie-ouattara-prend-de-grandes-decisions-les-dispositions-arretees Le gouvernement a pris des dispositions
Société

Le gouvernement ivoirien a arrêté un ensemble de disposition visant à lutter contre la hausse des prix des denrées alimentaires de première nécessité.

Pour faire face à l’augmentation, constatée ces dernières semaines,  des prix denrées alimentaires sur le marché, le gouvernement ivoirien a annoncé un ensemble de mesures visant à freiner le phénomène. Selon un communiqué signé du ministre Souleymane Diarrassouba, cette hausse des prix elle résulte d’une combinaison de facteurs exogènes et endogènes.

Les causes

S’agissant des facteurs externes, les coûts du transport maritime ont fortement augmenté, en particulier, du fait des conteneurs (coût multiplié de 3 à 7 dans certains cas) et des assurances. En outre, on enregistre une réduction de l’offre de différents produits. Par ailleurs, les prix du pétrole brut ont doublé en six (6) mois, pour franchir la barre des cent (100) dollars à fin février/début mars 2022.

Au plan interne, la faible pluviométrie ainsi que le retard des pluies ont entraîné une perturbation du calendrier agricole, impliquant une insuffisance de l’offre des produits vivriers locaux. Enfin, les défis liés à la sécurité dans le Sahel ont engendré des distorsions sur l’offre de protéines animales et de certains légumes.

Dans ce contexte, le Gouvernement, soucieux de préserver le pouvoir d’achat des populations, a contenu les prix des produits pétroliers, malgré la forte hausse des cours internationaux de brut, avec notamment, un gel de prix du gasoil depuis le mois de mai 2021. Il a également conduit des discussions avec les filières concernées.

« En dépit de ces dispositions, le Gouvernement a toutefois constaté, au cours de ces dernières semaines, certaines augmentations des prix de produits de grande consommation dont l’ampleur ne peut se justifier par des facteurs objectifs découlant de l’impact des évolutions internationales ou nationales », relève le communiqué.

Les dispositions arrêtées

Dans le but de préserver  le but de préserver le pouvoir d’achat des populations, le Gouvernement a  décidé des mesures allant de la subvention partielle des prix des produits pétroliers, notamment le gasoil, au plafonnement sur une période de trois (3) mois, des prix de l’huile de palme raffinée, du sucre, du lait, du riz, de la tomate concentrée, de la viande de bœuf et des pâtes alimentaires. Autre disposition prises par le gouvernement, c’est l’élargissement de la liste des produits de grande consommation et services, dont les prix sont réglementés.

Les exportations des produits de grandes consommation seront désormais soumis à autorisation

Les exportations des produits de grandes consommation, notamment les produits dérivés du manioc ( attiéké, placali…) la banane plantain, le riz local, l’igname…seront désormais soumis à autorisation, afin de garantir la desserte des marchés intérieurs. Aux acteurs du vivier, l’Etat promet l’allocation d’un appui financier afin de faciliter l’approvisionnement des marchés. Le gouvernement va également procéder  également au démantèlement immédiat des  au démantèlement immédiat des barrages routiers illégaux et à l’intensification au renforcement de la surveillance du respect de l’affichage et des prix des produits réglementés.

« Le Gouvernement maintiendra la veille et poursuivra la concertation avec l’ensemble des acteurs, pour la mise en œuvre de ces mesures. Il prendra les dispositions nécessaires pour renforcer l’offre nationale de produits vivriers et de protéines animales et halieutiques, afin de préserver le pouvoir d’achat des populations », rassure le communiqué. 

Vidéo