Effondrement d’immeuble à Angré: Bruno Koné interpelle « Ces accidents sont évitables si tous les concernés sont plus conscients »

Publié le Modifié le
effondrement-d-immeuble-a-angre-bruno-kone-interpelle-ces-accidents-sont-evitables-si-tous-les-concernes-sont-plus-conscients Bruno Koné (PhDr)
Société

La nuit du dimanche 06 mars 2022 n’a été bonne pour résident d’un immeuble qui s’est écroulé à Angré. Une situation qui a fait réagir le ministre en charge de la construction Bruno Koné Nabagné.

C’est par le truchement des réseaux sociaux que le ministre de la Construction, de Logement et de l’Urbanisation (MCLU), Bruno Koné ont voulu exhorté les acteurs du milieu à plus de sérieux. Il estime que la conscience de chacun doit être mise à contribution.

« En la matière, il n’y a pas de fatalité! Ces accidents sont évitables si tous ls concernés sont plus conscients de leur propre responsabilité. Le MCLU continuera à monter en puissance dans son action de sensibilisation, mais également de contrôle et de démolition des constructions à risque » a-t-il déclaré non sans manquer d’exprimer son soutien aux familles en difficultés.


« J’adresse mes condoléances à toutes les personnes qui ont perdu un proche dans cet accident ainsi que mes encouragements et mes vœux de prompt rétablissement aux blessés » a-t-il dit.

Je rappelle que le permis de construire est obligatoire pour toute construction en milieu urbain

Poursuivant, il exhorte les acteurs à suivre la procédure et à s’entourer des personnes qu’il faut pour la construction d’un immeuble. « Aux premiers responsables des constructions, les maîtres d’ouvrage, je rappelle que le permis de construire est obligatoire pour toute construction en milieu urbain, de même que le recours à un architecte, à un bureau de contrôle ou à un ingénieur-conseil pour la conception de l’ouvrage, le suivi et la supervision des travaux (au delà de R+2) » a-t-il rappelé.

Il conclut en relevant le caractère professionnel du métier. « Construire est une affaire de professionnels. Ne risquons pas nos vies et celle des autres pour quelques économies ou en rusant avec l’Etat et nos lois. Soyons des citoyens responsables ! » a-t-il souligné.

La fraude du fer à béton dénoncée par le CVCI

Face à ces effondrements répétés d’immeubles, des acteurs de la société civile ont aussi réagit. A l’instar Issiaka Diaby qui s’est prononcé à la suite de l’effondrement d’un immeuble dans la commune de Treichville la semaine.

Le président du collectif des victimes de Côte d’Ivoire (CVCI) a, dans son adresse, indiqué que les fautifs étaient certains fonctionnaires. Selon lui, ils n’étaient assez rigoureux sur la vérification des matériaux de construction notamment le fer à béton. Il note qu’un trafic de ce matériau existe dans le milieu.

Vidéo