Plafonnement des prix : «Le décret ne précise pas la date à laquelle commencera cette période de plafonnement» (Société Civile)

Publié le
plafonnement-des-prix-le-decret-ne-precise-pas-la-date-a-laquelle-commencera-cette-periode-de-plafonnement-societe-civile Pulchérie Gbalet et Rémi Ebrin Yao (au centre) ont animé le point de presse de Action Citoyenne contre la Vie
Société

Plusieurs organisations de la société civile seront regroupées en une organisation dénommé Comité Action Citoyenne contre la Vie chère (ACV). Les leaders de ce comité ont animé un point presse ce 14 mars pour exprimer leurs inquiétudes sur les mesures prises par le gouvernement pour freiner le fléau qu’est la cherté de la vie.

La présidente de Alternative Citoyenne Ivoirienne (ACI) Pulchérie Gbalet et Ebrin Yao Rémi, président de la Plate-forme pour l'Engagement Citoyen (PEC-CI) étaient les principaux animateurs du point de presse de ce lundi 14 mars 2022 pour dénoncer la négligence avec laquelle le gouvernement ivoirien traite le dossier relatif à la cherté de la vie. Il faut dire que ce point de presse intervient après une action de terrain.

Des zones d’ombre sur les mesures du gouvernement

Il y a quelques semaines, le gouvernement ivoirien a décidé de plafonner sur une période de trois (03) mois les prix de certains aliments notamment le riz, le  sucre, la tomate concentrée, le lait, les pâtes alimentaires, l’huile de palme raffinée et la viande de bœuf. Au regard de cette mesure salutaire, le Comité Action Citoyenne contre la Vie chère (ACV) a tout de même émis des réserves.

Le gouvernement ivoirien a pris un décret en Conseil de ministre pour plafonner la farine boulangère, le pain baguette, le poisson, la viande de bœuf, de mouton, de porc, l’huile de table raffinée, le riz local, les matériaux de construction, les tarifs du transport, les loyers de maison pour habitation sociale, les tarifs publics de l’eau, de l’électricité, les télécommunications et les tarifs d’accès aux services d’internet.

Les ivoiriens souhaiteraient avoir des précisions

« Le décret ne précise en aucun moment la date à laquelle commencera cette période de plafonnement de trois (3) mois, alors les ivoiriens souhaiteraient avoir des précisions et surtout avoir l’assurance qu’après ces trois (3) mois de plafonnement, nous ne reviendrons pas à la case de départ avec cette flambée des prix qui menace quotidiennement le panier de la ménagère en Côte d’Ivoire. Aussi, souhaiterions-nous savoir le prix réel qui reviendrait à chaque produit énuméré pendant cette période de plafonnement afin que, nous puissions sensibiliser et informer les populations ivoiriennes » a déclaré Ebrin Yao Rémi.

Les Prix sont fixés en fonction du quartier ou de la zone dénonce l’ACV

Dès l’entame de la rencontre avec les médias, le président Ebrin Yao Rémi a salué la décision de plafonnement des prix initié par le du gouvernement avant de l’inviter à plus d’actions pour que la lutte contre la cherté de la vie soit effective. «Il ressort de nos différentes observations que les prix de viande de bœuf, poisson, porc, mouton qui sont pratiqués sur nos différents marchés n’ont jamais été respectés en Côte d’Ivoire.

Les listes initiales et additionnelles des produits plafonnées réclamées

Nous observons que les prix évoluent en fonction des quartiers et zones. Par ailleurs nous souhaiterions disposer dans les meilleurs délais de la liste initiale des produits et services dont les prix sont réglementés en Côte d’Ivoire, ainsi que la liste additionnelle et le coût de chaque produit.

Quant aux loyers de maison pour habitation sociale, les télécommunications et les tarifs d’accès aux services d’internet, Nous restons sceptiques sur l’efficacité de cette mesure, car pour les ivoiriens, aucun opérateur mobile en Côte d’Ivoire n’a été à mesure d’expliquer aux consommateurs que nous sommes, le mode de calcul de notre consommation internet mensuel. Trop c’est trop l’ivoirien a besoin qu’on lui donne un minimum de respect» a conclu Ebrin Yao Rémi.