Arrêté et écroué à la MACA, ce qui est reproché au « Jésus de Patmos », ses fidèles préparent quelque chose

Publié le Modifié le
arrete-et-ecroue-a-la-maca-ce-qui-est-reproche-au-jesus-de-patmos-ses-fideles-preparent-quelque-chose Jesus de patmos ou encore le Jesus baoulé a été écroué à la MACA
Société

Interpellé jeudi 31 mars 2022, N'guessan Kouame Joachim, ( le « Jésus baoulé ») a été cuisiné des heures durant par la police avant d’être écroué à la maison d’arrêt et de correction d’Abidjan (MACA).

N’guessan Kouamé Joachim, prétendant être la réincarnation de Jésus-Christ sur terre a été interpellé, jeudi 31 mars 2022 à Abidjan, sous dénonciation d’un collectif de pasteurs ivoiriens.  D’abord auditionné au commissariat du 16e arrondissement, ensuite à la sureté puis à la police judiciaire, « Jésus de Patmos » ou en encore le « Jesus baoulé » sera finalement conduit devant le parquet.

Que reproche-t-on à Jésus de Patmos, guide de l’Église Patmos Dieudonné ?

Après ce long périple qui a duré plus de plusieurs heures, le guide religieux de 41 ans connu sous le nom de « jésus baoulé » a été écroué et déféré à la maison d’arrêt et de correction d’Abidjan (MACA).  

Selon l’un de ses proches, joint au téléphone par Linfodrome, il est reproché au guide de la communauté chrétienne Patmos Dieudonné.

On lui reproche des choses qui relèvent plutôt de la croyance en disant que c’est trouble à l’ordre public

«  On lui reproche des choses qui relèvent plutôt de la croyance en disant que c’est trouble à l’ordre public, du fait que des gens avaient des convictions religieuses avec des dogmes qui sont figées depuis bien longtemps et que le « seigneur » veut les troubler dans leur conscience , dans leur foi », explique un de l’Église de Patmos Dieudonné, qui a préféré garder l'anonymat.

Un collectif d’avocat bientôt mis en place

« Nous nous retrouvons aujourd’hui dans une justice religieuse où les disent qu’ils ne sont pas d’accord avec une conviction religieuse que quelqu’un affirme, donc nous saisissons le tribunal même si le tribunal n’est pas habilité à statuer sur les croyances », a-t-il dénoncé.

« Nous sommes en train de régler tous ces détails pour que sa défense soit organisée. Il est question de ne pas aller dans la précipitation parce que ces avocats doivent être d’abord briefés par rapport au sujet. Le sujet n’est pas un sujet de droit commun ou quelqu’un a fait un vol à l’étalage où les lois sont claires », a-t-il souligné.