Côte d’Ivoire : «Vers la disparition totale des entreprises de presse» (Sam Wakouboué, Porte-Parole ISMCI)

Publié le Modifié le
cote-d-ivoire-vers-la-disparition-totale-des-entreprises-de-presse-sam-wakouboue-porte-parole-ismci Image utilisée à titre d'illustration
Société

Porte-Parole de l'Intersyndicale du Secteur des Médias en Côte d’Ivoire (ISMCI) Sam Wakouboué a interpellé sur la nécessité de sauver le secteur de la Presse ivoirienne.

Le secteur de la presse est toujours sinistré

Célébration de la 29ème Journée mondiale de la liberté de la presse. Tout individu a droit à l'Information

ET POURTANT :

- Un an après, le plaidoyer des Organisations Professionnelles des Médias (OPM) pour la prise de mesures permettant d'assurer plus de viabilité économique des entreprises du secteur des médias, confrontées dans leur majorité à des difficultés financières, n'a point évolué.

- Notamment, la réinstauration de la subvention de l’impression suspendue depuis quatre ans, par le Fonds de Soutien et de Développement de la Presse (FSDP), dans un cadre d’application et de suivi-évaluation bien défini entre les éditeurs, les représentants des travailleurs et les organes de régulation

- La quasi-totalité des entreprises de presse est au bord de la faillite

- Les médias de service public ne s’en portent pas mieux

- La plupart des quotidiens paraissent désormais deux ou trois fois par semaine ; des patrons de presse ont tout simplement rangé le journal papier pour ne paraître qu’en version numérique

- Les tirages ont drastiquement baissé; les éditeurs sont confrontés à la hausse des coûts des intrants dans la production des journaux

- Les salaires ne sont plus payés dans plusieurs entreprises de presse

- La convention collective a été jetée aux oubliettes ou à peine à être appliquée dans les entreprises de presse

- Les travailleurs sont confrontés à des licenciements collectifs (les cas d’ agents des journaux Fraternité Matin, Le Jour Plus, Le Nouveau Réveil et Le Temps où il y a déjà eu mort d’homme pour défaut d’argent pour se soigner)

- Des entreprises doivent de nombreux mois d’arriérées de salaires à leurs employés, etc.

PROPOSITION CONCRETE :

Les Organisations Professionnelles des Médias appellent toujours de leurs vœux, l’octroi d'une subvention d’au moins 0,01% du budget de l’Etat à tout le secteur. Ce soutien permettra la viabilité des entreprises de presse et leur meilleur fonctionnement.

Sam Wakouboué

Porte-Parole de l'Intersyndicale du Secteur des Médias en Côte d’Ivoire (ISMCI)