Déchets toxiques

Affaire détournement de 4,6 milliards de Fcfa des victimes : Claude Gohourou blanchi

Publié le
affaire-detournement-de-4-6-milliards-de-fcfa-des-victimes-claude-gohourou-blanchi Claude Gohourou n'a pas cessé de clamer son innocence.
Société

Poursuit devant les Tribunaux pour détournement et blanchiment d’argent, Claude Gohourou, président de la Coordination nationale des victimes des déchets toxiques a été entièrement innocenté.

Le verdit tant attendu du procès du prétendu détournement de 4,6 milliards des victimes des déchets toxiques de Côte d’Ivoire est tombé ce mercredi 18 mai 2022. Claude Gouhourou, principal accusé dans cette affaire a été innocenté.

Après 13 ans d’une bataille juridico-médiatique

« Après 13 ans d’une bataille juridico-médiatique contre le président national de la coordination des victimes des déchets toxiques que je suis, Claude Gohourou, la Cour d’Appel devant qui la Cour de Cassation a renvoyé l’affaire pour être jugée, vient de me déclarer non coupable.

Nous en prenons acte et nous nous en félicitons », a déclaré à chaud M. Gohourou, au cours d’une conférence de presse, aux II Plateaux. Cependant, même s’il s’est satisfait de cette décision de justice, Claude Gohourou pense à un autre combat non moins important : « nous disons que d’autres actions après seront définies par nos avocats pour boucler cette affaire définitivement parce que nous devons être rétablis dans nos droits ».

Nous avons été victimes d’une cabale, donc d’une action judiciaire abusive

Aussi, le président de la Coordination nationale des victimes des déchets toxiques a-t-il dénoncé un complot contre sa personne. « Nous avons été victimes d’une cabale, donc d’une action judiciaire abusive de M. Koffi Charles (le plaignant, ndlr) et non des victimes des déchets toxiques de Côte d’Ivoire », a-t-il fait observer.

Rappelons que Claude Gohourou était poursuivi pour détournement et blanchiment de la bagatelle de 4.658. 000.000 de francs Cfa appartenant aux victimes de la catastrophe écologique et humaine du déversement des déchets toxiques en Côte d’Ivoire.

Condamné en première instance à 20 ans de réclusion, il a interjeté appel puis s’est pourvu en cassation. La Cour de cassation a cassé cette première décision et a renvoyé l’affaire devant une autre Cour d’Appel autrement constituée.

C’est cette dernière instance qui vient de rendre son délibéré. Une décision définitive qui innocente le mis en cause.