"Drogue en Côte d'Ivoire" : plus de 30 personnes interpellées, le Procureur Adou Richard fait une mise en garde

Publié le Modifié le
drogue-en-cote-d-ivoire-plus-de-30-personnes-interpellees-le-procureur-adou-richard-fait-une-mise-en-garde
Société

Le Procureur de la République Adou Richard Christophe s'est exprimé le mardi 7 juin 2022 dans l'affaire portant enquête sur la découverte de Cocaïne en Côte d'Ivoire.

Le Procureur de la République Adou Richard a annoncé, ce mardi 7 juin, au JT de 20 heures sur RTI1, l'interpellation d'une "trentaine de personnes contre qui des indices existent et qui sont déjà sous main de justice" dans l'affaire du vaste trafic de drogue en Côte d'Ivoire. Il a ajouté que la quantité réelle de drogue découverte et incinérée est de deux tonnes, 59 kilos, 57 grammes et que "les enquêtes se poursuivent". 

"S'ils sont reconnus coupables, ils encourent une peine de 20 ans d'emprisonnement"

Sans dévoiler de noms pour respecter le secret professionnel et éviter de nuire à l'enquête en cours, le Procureur a expliqué que "les personnes poursuivies tout comme celles qui auront participé de près ou de loin à cette infraction transnationale organisées, reconnues coupables, encourent une peine de 20 ans d'emprisonnement".

Depuis la saisie record de deux tonnes de cocaïne à Abidjan et à San-Pedro d'une valeur de 41 milliards CFA en mai dernier, plusieurs personnalités, chefs d'entreprises et membres de la police criminelle ont été suspectés d'appartenir à ce vaste réseau de drogue. Suite à l'annonce de l'arrestation de certains d'entre eux par des sources non-sécuritaires, le Procureur de la République Adou Richard Christophe met en garde les auteurs de toutes ces publications.

Le communiqué intégral

"Le Procureur de la République constate la multiplication, depuis quelques jours, de publications sur les médias sociaux, faisant état de l’implication réelle ou supposée de diverses personnes dans la procédure ouverte suite à la découverte, à Abidjan et à San Pedro, d’une importante quantité de cocaïne. Il note également que les informations contenues dans ces publications ont été reprises par la presse. Le Procureur de la République rappelle qu’en vertu du principe de la présomption d'innocence, tout individu, même suspecté d'avoir commis une infraction, est considéré comme innocent jusqu’à ce qu’il soit déclaré coupable par un Tribunal.

Ainsi tient-il à mettre en garde les auteurs de telles publications, qui du reste sont susceptibles de nuire gravement à l’enquête en cours, ainsi que les auteurs des articles de presse produits sur le fondement desdites publications, et à leur indiquer qu’ils s’exposent à des poursuites judiciaires.

Par ailleurs, le Procureur de la République invite toutes les personnes intervenant dans la procédure et qui sont astreintes au secret professionnel à le respecter strictement au risque de subir toute la rigueur de la loi. Le Procureur de la République voudrait enfin indiquer que la procédure judiciaire suit son cours et se réserve le droit d’organiser une conférence de presse, en temps opportun, pour informer l’opinion nationale et internationale sur cette affaire".