Côte d’Ivoire / Lutte contre la pauvreté: Des femmes critiquent les actions du Gouvernement

Publié le Modifié le
cote-d-ivoire-lutte-contre-la-pauvrete-des-femmes-critiquent-les-actions-du-gouvernement La ministre Belmonde Dogo au contact des populations bénéficaires des Projets des Filets sociaux productifs (PFSP). (Ph: DR)
Société

La ministre Belmonde Dogo est allée au contact des populations bénéficiaires du Projet filets sociaux productifs (PFSP), le jeudi 16 juin 2022 afin de recueillir leurs retours d’expériences sur ledit projet.

Le Gouvernement ivoirien, en vue d’apporter une assistance aux populations démunies, a décidé à travers le Projet filets sociaux productifs (PFSP), d’allouer des allocations trimestrielles de 36 000 Fcfa à des ménages.

Réaction des bénéficiaires des Filets sociaux productifs

La ministre de la Solidarité et de la Lutte contre la Pauvreté, Myss Belmonde Dogo a sillonné, jeudi 16 juin 2022, les quartier Zossonkoi d’Anyama, Abobo PK 18 et Adjamé Bracodi pour recueillir les critiques des populations bénéficiaires dudit projet.

Sur le terrain, les femmes ont confié qu’avec 36 000 Fcfa, elles ont pu faire l’accompagnement de leurs enfants à l’école; elles ont su épargner et réaliser une Activité génératrice de revenus (AGR).

Très satisfaite des résultats sur le terrain de cette initiative, la ministre Belmonde Dogo a indiqué que les Filets sociaux productifs ne se limitent pas qu’à un transfert monétaire, mais qu’au-delà, il y a la formation et la sensibilisation.

«Après la visite des communes d’Anyama, Adjamé et Abobo, je fais un bilant positif du Projet filets sociaux productifs (PFSP). Les femmes viennent de nous démontrer que le Président de la République n’a pas eu tort d’introduire les Filets sociaux productifs en Côte d’Ivoire», a mentionné la ministre, faisant remarquer que l’importance de la visite de terrain, c’est d’encourager les femmes bénéficiaires du projet.

"les Filets sociaux productifs sont destinés aux ménages qui sont dans l’extrême pauvreté, afin de permettre à ces derniers de se hisser sur l’échelle sociale"

Myss Belmonde Dogo a précisé que les Filets sociaux productifs sont destinés aux ménages qui sont dans l’extrême pauvreté, afin de permettre à ces derniers de se hisser sur l’échelle sociale.

Association villageoise d’épargne et de crédit (AVEC)

Au-delà des 36 000 Fcfa qu’elles perçoivent dans le cadre des Filets sociaux productifs, les femmes se sont inscrites dans l’Association villageoise d’épargne et de crédit (AVEC), qui est un produit du ministère de la Solidarité et de la Lutte contre la Pauvreté, un produit qui est promu auprès des femmes en zones rurales, parce que dans ces zones, il n’y a ni banque, ni caisse d’épargne.

Les femmes, avec les AVEC, apprennent la culture de l’épargne. Au-delà de l’épargne, les AVEC permettent de renforcer les liens de solidarité et de cohésion entre elles.

"Les femmes, à travers les AVEC, ont l’opportunité d’avoir des prêts à taux zéro"

Les AVEC, c’est entre 25 et 30 personnes qui ne se connaissaient ni d’Adam, ni d’Ève, qui à peine se disaient bonjour, mais qui grâce à l’AVEC se retrouvent.

Les femmes, à travers les AVEC, ont l’opportunité d’avoir des prêts à taux zéro.

La Côte dispose aujourd’hui de 311 AVEC sur toute l’étendue du territoire national. Le Gouvernement s’est fixé comme objectif d’atteindre le cap de 800 AVEC d’ici la fin de l’année 2022.

L’idée, c’est de faire en sorte que partout où il y a des bénéficiaires des Filets sociaux, l’on ait des AVEC.

Mode de sélection des bénéficiaires des Filets sociaux

Ce n’est ni le ministère de la Solidarité et de la Lutte contre la Pauvreté, ni le Gouvernement ivoirien qui sélectionnent les bénéficiaires des Filets sociaux productifs.

En zone rurale, lorsque les agents partent dans un village, ils réunissent le chef du village, les notables, les femmes, les jeunes, les guides religieux, les chefs de communauté.

"Les Filets sociaux productifs ne sont ni pour les travailleurs, ni pour ceux qui ont déjà une Activité génératrice de revenus (AGR)"

Un comité de ciblage est mis en place. Et c’est ce comité qui identifie les populations vulnérables. Ce que le ministère fait, via les agents communautaires, c’est juste de s’assurer que les populations dites vulnérables, le sont véritablement. La sélection des bénéficiaires est donc faite d’abord par le village.

En zone urbaine, cette sélection est faite par le corps préfectoral, le corps enseignant et la mairie. Ce n’est pas le ministère qui décide de qui est vulnérable.

En retour, le ministère procède à des vérifications en s’assurant que les personnes choisies ne disposent pas dans leur maison ni d’une télévision, ni d’un réfrigérateur.

Les Filets sociaux productifs, faut-il le noter, ne sont ni pour les travailleurs, ni pour ceux qui ont déjà une Activité génératrice de revenus (AGR). Les Filets sociaux visent à permettre à ceux qui sont dans l’extrême pauvreté de se hisser sur l’échelle sociale.