Côte d'Ivoire

Pluies diluviennes : La montée des eaux d’une rivière crée un grand danger sur l’axe Daloa-Séguéla

Publié le
pluies-diluviennes-la-montee-des-eaux-d-une-riviere-cree-un-grand-danger-sur-l-axe-daloa-seguela
Société

Les usagers de l’axe Daloa-Séguéla sont confrontés à des difficultés dues à la montée des eaux d’une rivière qui déborde de son lit et coupe la voie au niveau de Bonoufla.

Les pluies diluviennes qui s’abattent sur plusieurs régions de la Côte d’Ivoire ont non seulement fait des pertes en vies humaines, mais continuent de causer des désagréments aux populations. Les usagers de l’axe Daloa-Séguéla ne diront pas le contraire.

Une rivière déborde de son lit et coupe la voie en deux

En effet, selon l’Agence Ivoirienne de Presse (AIP), la circulation sur la route Daloa-Séguéla est souvent perturbée pendant cette période des pluies en raison de la montée des eaux d’une rivière qui déborde de son lit et coupe la voie au niveau du village de Bonoufla.

A en croient les habitants de cette localité, ces inondations observées régulièrement à l’endroit indiqué sont causées par l’obstruction du pont de la rivière par des ordures, à savoir les sachets plastiques.

 « Lorsque la pluie est forte, la rivière déborde parce que le pont est bouché. L’eau coupe la route en deux, ainsi que le village. Tout reste inondé durant quelques jours », a expliqué un habitant au confrère.

Une fois au niveau de l’endroit indiqué, les automobilistes et autres usagers de cette voie très fréquentée sont obligés non seulement de ralentir, mais de faire toutes sortes de gymnastiques pour traverser la zone critique.

Les passagers sont obligés de faire la traversée à pied

Dans certaines situations, notamment juste après certaines pluies abondantes, la chaussée est carrément coupée en deux. Les conducteurs de véhicules massa laissent leurs passagers d’un côté de la rivière. Et ils sont obligés de faire la traversée à pied pour emprunter d’autres véhicules stationnés de l’autre côté de la rivière poursuivre le voyage.

Et comme à chaque saison de pluies, les mêmes choses se répètent, l’érosion a fini par occasionner de profonds nids de poule à l’endroit indiqué.

Le chef du village, Kipré Salomon, est très préoccupé par la situation et souhaite qu’une solution soit trouvée au problème. Il attire l’attention des autorités pour mettre fin au calvaire des usagers de ce tronçon très fréquenté.

Sauf autorisation de la rédaction ou partenariat pré-établi, la reprise des articles de linfodrome.com, même partielle, est strictement interdite. Tout contrevenant s’expose à des poursuites.