Grève mobile money : le mot d'ordre suspendu, ce qui a été décidé par les syndicats

Publié le Modifié le
greve-mobile-money-le-mot-d-ordre-suspendu-ce-qui-a-ete-decide-par-les-syndicats
Société

Les acteurs et propriétaires des points de vente mobile money ont suspendu la grève qui avait été entamée le 9 août.

Le SYNAM-CI (Syndicat national des propriétaires de points de vente mobile money de Côte d'Ivoire) et le collectif des syndicats et associations des propriétaires de points de vente ont annoncé ce lundi 15 août, la levée du Mot d'Ordre de Grève. Le service reprend ainsi dans tous les Points de Vente dès ce Mardi 16 Août 2022.

Les syndicats ont pris une décision

Cependant, le syndicat et le collectif des syndicats et associations des propriétaires de points de vente ont décidé de "la reconduction de l’application des Frais de Prestation de Proximité de 100 Francs par transaction". Selon les deux entités, le montant de ces Frais de Prestation de Proximité pourra au cas échéant subir des modifications soit à la baisse soit à la hausse voire à la suppression en fonction de la suite des négociations avec les autorités et les opérateurs.

"Le Collectif des syndicats et associations de points de vente mobile money de Côte d’Ivoire ont ordonné le 9 août un arrêt de travail de 72h"

Le Collectif des syndicats et associations de points de vente mobile money de Côte d’Ivoire ont ordonné le 9 août un arrêt de travail de 72h marqué par la fermeture systématique de tous les points de vente mobile money sur l’ensemble du territoire national. Au bout des trois jours, la grève avait été prolongée pour non satisfaction de leurs revendications.

Les acteurs reprochent aux différents opérateurs des "paiements dérisoires" de leurs commissions et rémunérations. 

"En Côte d'Ivoire depuis plus d' une décennie , les réseaux classiques (Orange, MTN et MOOV) prennent des frais de transactions considérables sur le client final et nous donnent des commissions (-25%) qui ne permettaient déjà pas aux PDV (propriétaire de point de vente) que nous sommes de vivre décemment de notre activité. Cela a été décrié mais aucune solution nous a été proposée. Aujourd'hui, Wave est arrivé avec des frais de transactions de 1% et nous donnent pratiquement les commissions avoisinantes celles des réseaux classiques. Pourquoi alors avec les frais énormes prélevés depuis 10 ans, les opérateurs classiques ne pouvaient réellement mieux nous rémunérer ? Nous nous posons bien la question", s'est plaint le SYNAM-CI.