Katiola et de Niakaramadougou- Orpaillage illégal: 16 délinquants dont un des cerveaux mis aux arrêts

Publié le Modifié le
katiola-et-de-niakaramadougou-orpaillage-illegal-16-delinquants-dont-un-des-cerveaux-mis-aux-arrets Un baron de l'orpaillage clandestin mis aux arrêts à Niakaramadougou
Société

 Beau coup de filet pour Colonel Major Mamadou Sangaré, Directeur général (Dg) de la Société de développement des forêts (Sodefor) qui a mis le grappin sur l’un des cerveaux de l’orpaillage illégal.  

Les hommes du Colonel Major Mamadou Sangaré, Directeur général (Dg) de la Société de développement des forêts (Sodefor) ont, au cours d'une opération nocturne du 6 au 8 septembre 2022 mis en déroute une bande d’orpailleurs clandestins qui opérait dans les forêts classées de Katiola et de Niakaramadougou.

Deux mois d'investigation


Une opération rondement menée à la suite d'une série d'enquêtes discrètes menées depuis plus de deux (2) mois.  Le bilan est remarquable: 16 délinquants dont sept (7) orpailleurs et leur "propriétaire de site" ont été mis aux arrêts.   A ceux-là, il faut ajouter 9 autres pour sciage à façon et pâturages illégal dans la forêt classée du Haut Bandama. Tous ces faits sont punis par la loi portant code forestier du 23 juillet 2019.

Cette grosse prise a été effectuée par la brigade de sécurisation des forêts classées du Centre de gestion de Bouaké

Cette grosse prise a été effectuée par la brigade de sécurisation des forêts classées du Centre de gestion de Bouaké, conduite par le Lieutenant Yenusa Yakuba, sous la coordination du Colonel Diabaté Alifa, directeur du Centre de gestion de Bouaké (Cgb). En plus du matériel d'orpaillage, 530 madriers ont été saisis.  Selon nos sources, ces délinquants ont été mis à la disposition de la justice pour y subir la rigueur de la loi.

Une opération saluée par le premier responsable de la Sodefor qui a réitéré la demande pressante de l’entreprise pour une franche collaboration avec ses agents en dénonçant auprès d'elle tout acte d'agression des forêts classées. C'est à ce prix que « nous pourrons sauver notre environnement devant les fléaux qui le menacent ».

Il s’est également félicité de la détermination de l’Administration (autorités administratives, judiciaires, forces de défense et de sécurité....) à mener une lutte acharnée contre ces fossoyeurs de l'environnement ivoirien, à la grande joie des populations qui commençaient à croire que ce phénomène d'orpaillage clandestin est hors de contrôle des autorités.