Côte d'Ivoire

Collectif des docteurs non recrutés : la démission du ministre Adama Diwara réclamée, le micro de Dr Simi brisé

Publié le Modifié le
collectif-des-docteurs-non-recrutes-la-demission-du-ministre-adama-diwara-reclamee-le-micro-de-dr-simi-brise Le Collectif des docteurs non recrutés de Côte d'Ivoire lors du meeting sur l'esplanade de la présidence de l'Université de Cocody
Société

Le Collectif des docteurs non recrutés de Côté d’Ivoire a organisé, ce lundi 3 octobre 2022, sur l’esplanade de l’Université de Cocody pour demander leur insertion et exiger la démission du ministre Adama Diawara.

Au moment où le ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique, Adama Diawara, lançait ce lundi 3 octobre 2022, la cérémonie solennelle de la rentrée universitaire unique 2022-2023, à l’INPHB de Yamoussoukro, sous le thème : ‘’un Enseignement Supérieur réformé au service d'une Côte d’Ivoire Émergente et Solidaire’’, le Collectif des docteurs non recrutés de Côte d’Ivoire, a réclamé sa démission et l'insertion de ses membres, lors d’une manifestation organisée sur l’esplanade de la présidence de l’Université Félix Houphouët Boigny de Cocody (UFHB).

Les ‘’docteurs au chômage’’ crient leur colère

« Depuis un moment, M. Adama Diawara maintient des docteurs au chômage sciemment », a déclaré le porte-parole du Collectif des docteurs non recrutés de Côte d’Ivoire, Dr Derou Simi, sur l’esplanade de la présidence de l’Université de Cocody, devant une foule de docteurs non recrutés.

A peine a-t-il fini de faire cette déclaration que le secrétaire général de la présidence de l’UFHB, Célestin Ohouo, a débarqué sur les lieux, avant de demander au porte-parole dudit Collectif, Dr Derou Simi, de mettre un terme à son meeting. Et comme ce dernier refusait de s’exécuter, il a saisi son micro, avant de le briser en deux.

« Un secrétaire de la présidence qui peut violenter publiquement des docteurs en train de s’exprimer… Il a cassé le miro, la presse est témoin. La dernière fois, il s’en est pris à une journaliste ici. Elle a été violentée. Voici les réalités auxquelles sont confrontés les docteurs », a-t-il dénoncé.

Qu’à cela ne tienne ! Le porte-parole du Collectif des docteurs non recrutés a, par la suite, sorti de sa boite à outils un autre micro pour continuer son discours en insistant sur la démission du ministre, reprise en chœur par les membres dudit collectif. « Diawara démission, Diawara démission ». Enfin de compte, Célestin Ohouo a battu en retraite pour laisser Dr Derou Simi délivrer son message.

« Il n’est pas intéressant pour un Etat de former des docteurs et de les laisser sur le carreau »

« Aujourd’hui, nous avons convoqué la presse pour vous montrer qu’il n’y a pas 7 collectifs. Il y a un seul collectif qui pose des actions concrètes sur le terrain, qui fait des propositions concrètes…Nous avons décidé de nous réunir ici pour montrer que nous avons la majorité. Il n’est pas intéressant pour un Etat de former des docteurs et de les laisser sur le carreau. Qu’est-ce qu’on doit dire aux nouveaux bacheliers présents ici ? », s’est-il interrogé.

Il a poursuivi pour dire non au ‘’génocide intellectuel’’. « Nous disons non au génocide intellectuel », a-t-il dénoncé, avant d’être plus incisif : « Nous ne voulons plus de ce pseudo concours où pour être admis, il faut avoir des parrains. Nous disons non. Il y a plusieurs docteurs parmi nous qui ont atteint l’âge limite ».

Pour mettre fin à cela, propose Dr Derou Simi, « Il faut planifier l’insertion des 3 000 docteurs. Cela s’est fait ailleurs, c’est faisable en Côte d’Ivoire », a-t-il dit, avant de revenir sur les propositions du Collectif, entre autres le compendium de compétence, l’insertion des docteurs dans les universités et grandes écoles publiques…

Sauf autorisation de la rédaction ou partenariat pré-établi, la reprise des articles de linfodrome.com, même partielle, est strictement interdite. Tout contrevenant s’expose à des poursuites.

Vidéo