Côte d'Ivoire

Reboisement : La Côte d’Ivoire obtient un financement de 94 milliards de FCFA de la banque mondiale

Publié le
reboisement-la-cote-d-ivoire-obtient-un-financement-de-94-milliards-de-fcfa-de-la-banque-mondiale
Société

La banque mondiale a octroyé 94 milliards de FCFA pour financer la deuxième phase du Projet d’Investissement forestier (PIF2) sur les sept (7) prochaines années. Le lancement officiel dudit projet a eu lieu le 23 novembre 2022 à l’auditorium de la Primature en présence de Laurent Gbagbo et Jean-Luc Assi, respectivement des ministres des Eaux et Forêts et de l’Environnement.

Le Projet d’Investissement forestier (PIF2) d’un montant de 148 millions de dollars, soit 94 milliards de FCFA environ et qui s’exécutera entre 2023 et 2030, a été lancé le mercredi 23 novembre 2022 à la Primature de Côte d’Ivoire. Les ministres des Eaux et Forêts et de l’Environnement ont pris part à ce lancement.

Objectif : reboiser 20 000 hectares de forêt en sept ans

«Ce projet va permettre d’une part de conserver et d’augmenter le stock forestier grâce au programme d’agroforesterie portant sur 300 000 hectares de forêts classées dégradées du Sud-ouest du pays et dans des forêts classées de la zone des savanes, à travers un programme de reboisement intensif portant sur 20 000 hectares de forêts. Et d’autre part d’améliorer les sources de revenus des populations » a déclaré Laurent Tchagba, ministre des Eaux et Forêts. Il a par ailleurs rappelé que la première phase du Projet d’Investissement forestier (PIF 1), d’un coût global de 15 millions de dollars soit environ 7,5 milliards de francs CFA financé par la Banque Mondiale, avait démarré en 2018.

Les objectifs principaux de PIF 1 étaient d’améliorer la gouvernance des forêts à travers l’établissement de plans d’aménagement participatifs des forêts classées ciblées et de mener des activités de reboisement dans le centre et le sud-ouest du pays. Le PIF 1 visait également au renforcement de la surveillance du Parc National de Taï. Il faut savoir qu’en 1900, la Côte d’Ivoire disposait de 16 millions d’hectares et de nos jours, le pays compte 2,97 millions d’hectares, soit moins de 10% du territoire national. C’est donc pour pallier à cette situation que le gouvernement a initié les PIF1 et PIF 2. « Conscient de cette situation, son Excellence Monsieur Alassane Ouattara, Président de la République de Côte d’Ivoire, a pris l’engagement face au monde entier, de porter la couverture forestière du pays à 6,5 millions d’hectares d’ici à 2030 soit 20% du territoire national.

Tous les acteurs devrait redonner à notre pays un taux de couverture forestière lui permettant d’assurer un développement durable

Et pour atteindre cet objectif, le Gouvernement a pris des mesures fortes et a adhéré à diverses initiatives qui associent le Privé et les Partenaires au Développement à la mise en œuvre de la stratégie de préservation de réhabilitation et d’extension des forêts. La conjugaison des efforts de tous les acteurs devrait redonner à notre pays un taux de couverture forestière lui permettant d’assurer un développement durable » a clarifié le ministre Laurent Tchagba. La représentante de la Banque Mondiale a félicité le gouvernement ivoirien pour tous ces efforts.