Abidjan

Koumassi : Cissé Bacongo recase les déguerpis du quartier FHB 1 et 2 et leur remet des attestations de propriété

Publié le
koumassi-cisse-bacongo-recase-les-deguerpis-du-quartier-fhb-1-et-2-et-leur-remet-des-attestations-de-propriete
Société

Les déguerpis du quartier Houphouët Boigny 1 et 2 de Koumassi ont reçu, le mardi 29 novembre 2022, leur attestation de propriété et dossier technique du nouveau site de recasement situé à Yaou, dans la commune de Bonoua.

Une partie des 220 familles des quartiers Houphouët Boigny 1 et 2 (Terminus 32) de la commune de Koumassi déguerpies en novembre 2021 a reçu son attestation de propriété et dossier technique du nouveau site de recasement de 4,5 hectares à Yaou, offert par le maire Cissé Bacongo.

Présence du représentant du maire de Bonoua

La cérémonie de remise symbolique a eu lieu, le mardi 29 novembre 2022, à la salle de mariage de la mairie de Koumassi, en présence du premier adjoint au maire, Narcisse Balley Toussaint, représentant le maire Cissé Bacongo, de M. Adjobi Arnaud, représentant le maire de Bonoua, et des bénéficiaires.

Le conseiller spécial du maire de Koumassi, Guy Charles Wayoro s’est réjoui de l’aboutissement heureux des démarches qui ont été « actées » chez un notaire. En outre, il a fait remarquer que les présences du représentant du maire de Bonoua et du porte-parole de la génération au pouvoir à Yaou attestent de ce que rien ne s’oppose au recasement des populations sur le nouveau site.

« Retenez simplement que c’est du réel, c’est quelque chose de palpable », a-t-il dit.

Bien avant lui, l’Honorable Sangaré Yacouba, président de la commission des affaires économiques, financières et domaniales de la mairie de Koumassi et président du comté de suivi a fait la genèse du déguerpissement des populations du quartier Houphouët Boigny 1 et 2.

« Après le déguerpissement, beaucoup ont pensé que les populations ont été laissées pour compte, mais il n’a jamais été dans l’esprit du maire Cissé Bacongo de les laisser pour compte. Au début, on avait inclus tout le monde dans la rencontre. Mais il y a des gens qui se sont dissociés de la table de discussion et ont pris une autre voie. Ceux qui ont continué de discuter avec nous étaient les responsables légitimes du quartier », a-t-il planté le décor.

A la suite du déguerpissement, des démarches ont été menées et un site de recasement a été trouvé à Yaou, dans la commune de Bonoua. Sangaré Yacouba en a profité pour remercier les autorités dudit village et de cette commune.

Pour sa part, le représentant du maire de Bonoua, Arnaud Adjobi, a marqué son admiration pour la commune de Koumassi, avant d’ajouter que les populations déguerpies sont les bienvenues à Bonoua. « Il fait bon vivre à Bonoua. Les Abouré sont très gentils », a-t-il rassuré.

Quant au porte-parole des populations bénéficiaires, Jean Jaurès Tah Bi, il a exprimé leurs « chaleureux remerciements au maire de la commune de Koumassi dont l’ouverture d’esprit et la disponibilité ont permis l’aboutissement de ce processus », non sans oublier les populations du quartier Houphouët Boigny pour la confiance.

« Nous pouvons entrevoir à présent, le démarrage d’une nouvelle vie pour chacun des déguerpis de Koumassi Houphouët Boigny 1 et 2 »

Tout en remerciant la communauté de Yaou et la mairie de Bonoua, il leur a promis qu’ils s’emploieront à mériter leur hospitalité.

« Un an après les événements tragiques que nous avons connus, nous pouvons entrevoir à présent, le démarrage d’une nouvelle vie pour chacun des déguerpis de Koumassi Houphouët Boigny 1 et 2 », s’est-il réjoui, soulignant au passage qu’ils comptent sur le « dynamique maire Cissé Bacongo » pour les aider à affronter rapidement les autres étapes du recasement définitif des déguerpis.

Certes, ils seront recasés à Yaou, mais les déguerpis se considèrent toujours comme les administrés de Bacongo, comme ses enfants. « Nous espérons donc légitimement profiter aussi de votre politique et vos actions qui ont changé en si peu de temps le visage de Koumassi en vue d’un développement rapide de notre nouvelle cité ».

Comme tous les intervenants, le premier adjoint au maire de Koumassi, Narcisse Balley, s’est dit heureux et a qualifié l’événement de festif. « Il y a un an plus tôt, on était sur des champs de bataille. Aujourd’hui, ce n’est pas le cas. Nous sommes avec ces mêmes populations de Houphouët Boigny 1 et 2 », a-t-il rappelé, avant les remercier pour leur compréhension, la confiance placée en Cissé Bacongo.

« Il n’est pas venu pour détruire la population. Donc il ne peut pas casser et ne pas trouver de solution…Petit à petit, avec la confiance mutuelle, nous sommes arrivés aujourd’hui à une solution consensuelle, bonne pour tout le monde », a-t-il déclaré.

Il a chargé le représentant du maire de Bonoua de lui transmettre les remerciements du ministre Cissé Bacongo. « Aujourd’hui, nous jetons les bases d’une amitié sincère et d’une collaboration. Désormais, le ministre Cissé Bacongo peut faire des choses à Bonoua dans le cadre d’un jumelage », a-t-il dit.

Sauf autorisation de la rédaction ou partenariat pré-établi, la reprise des articles de linfodrome.com, même partielle, est strictement interdite. Tout contrevenant s’expose à des poursuites.