Côte d'Ivoire

Trêve sociale : la FESYDGI annonce la rupture du dialogue social avec le Dg des impôts et le ministre du Budget

Publié le Modifié le
treve-sociale-la-fesydgi-annonce-la-rupture-du-dialogue-social-avec-le-dg-des-impots-et-le-ministre-du-budget Le porte-parole du présidium de la FESYDGI, Koné Lama (en chapeau) entouré des autres Sg des syndicats de la DGI
Société

Dans une déclaration lue, le mercredi 30 novembre 2022, à Cocody, le Président en exercice de la FESYDGI, Koné Lama, a laissé entendre que ‘’le dialogue avec le Dg des impôts et le ministre du Budget est rompu’’.

La nouvelle trêve sociale signée le lundi 8 août 2022 entre le gouvernement ivoirien, les organisations et les faitières syndicales pourrait être mise à mal si l’on s’en tient à la déclaration faite, le mercredi 30 novembre 2022, par le président en exercice de la Fédération des syndicats de la direction générale des impôts (FESYDGI), Koné Lama, porte-parole du présidium, sur la situation sociale interne.

« Les engagements pris par ces autorités peinent à être satisfaits »

« Contrairement aux exigences de la lettre et de l'esprit dudit protocole portant trêve sociale, le dialogue social avec le directeur général des impôts d'une part et Monsieur le ministre du Budget et du Portefeuille de l'Etat d'autre part est rompu, alors même que les engagements pris par ces autorités peinent à être satisfaits », a-t-il déclaré.

Koné Lama a même ajouté que « la FESYDGI prévoit dans les prochains jours une large consultation nationale pour arrêter la conduite à tenir si la situation reste inchangée ».

Le porte-parole du présidium qui est lui-même le Sg du Syndicat national des agents de la DGI (SYNA-DGI) était entouré des responsables des autres syndicats de la FESYDGI, à savoir le Sg du Renouveau syndical des agents du fisc (RESA-FISC), Zereyé Zedou Narcisse, le Sg du Syndicat libre des agents des impôts (SYLAI), Koné Losséni, le Sg de l'Union nationale des agents des impôts de Côte d'Ivoire (UNAGI-CI), Bohué Yvan, et le Sg du Syndicat national des agents du fisc (SYNA-FISC), Thé Jasmin.

Koné Lama explique que le 15 juin 2022, une assemblée générale extraordinaire avait décidé du dépôt d'un préavis de grève pour les 15, 16 et 17 juillet 2022 pour faire aboutir des revendications restées non résolues depuis 2019. Des discussions engagées à l'initiative du directeur général et en accord avec le ministre de tutelle, il avait été décidé :

- la mise en œuvre effective du profil de carrière signé le 1er juin 2022 ;

- le reversement à la mutuelle des agents des prélèvements par eux consentis pour le financement des soins médicaux et autres prestations sociales ;

-l'apurement de tous les arriérés de primes dues aux admis aux concours professionnels depuis 2018.

- le paiement des indemnités de départ à la retraite et de celles dues aux ayants-droits des agents décédés ;

-l'application intégrale de la charte d'éthique et de déontologie ;

-l'octroi à la direction générale d'une ligne budgétaire pour régler définitivement les questions récurrentes d'insuffisances de ressources pour son fonctionnement régulier ;

- la nomination des directeurs et sous directeurs pour les directions de fiscalité locale et de la formation créées depuis 2021, ainsi que la nomination aux postes de directeur régional, de receveur principal restés vacants.

La FESYDGI avait suspendu son mot d’ordre de grève pour s’inscrire dans la dynamique de la trêve sociale

« C'est à ce prix que la FESYDGI avait suspendu son mot d'ordre de grève pour s'inscrire dans la dynamique de la trêve sociale dont les discussions démarraient à peine », a-t-il poursuivi ses explications.

Il a fait remarquer que « 5 mois après, non seulement les promesses faites n'ont guère été tenues, mais plus grave, les nombreuses demandes d'audience pour appeler l'attention de la hiérarchie et la tutelle sont restées sans suite ».

Et que « La FESYDGI, malgré son attachement au respect des exigences la trêve sociale, ne peut davantage être complice du calvaire des agents marque par :

-le refus de certaines cliniques et pharmacies partenaires de prendre en charge nos collègues pour cause d'insolvabilité de la mutuelle ;

- la non scolarisation des certains ayants-droits d'agents décédés pour défaut de paiement des leurs indemnités ;

-la non application des règles de nomination et de mutations des effectifs....

La FESYDGI prend à témoin « le gouvernement sur les risques qui pèsent sur la mobilisation efficiente des recettes fiscales, nécessaires à l'exécution des programmes de développement et au suivi de la trêve sociale ». Elle compte « sur la prompte réaction des autorités pour que les conditions urgentes de sortie de crise soient réunies pour garantir la paix sociale, si chère à tous ».

Bien avant, le conférencier a adressé ses vives félicitations au président Alassane Ouattara pour la tenue du récent dialogue social et ses sincères remerciements pour les avantages sociaux inédits accordés aux fonctionnaires et agents de l'Etat contenus dans le protocole portant trêve sociale.

Il n’a pas manqué de traduire sa reconnaissance à tout le gouvernement conduit par l'infatigable Premier Ministre Monsieur Patrick Achi pour l’engagement à œuvrer à l'amélioration continue des conditions de vie et de travail des fonctionnaires et agents de l'Etat.

Sauf autorisation de la rédaction ou partenariat pré-établi, la reprise des articles de linfodrome.com, même partielle, est strictement interdite. Tout contrevenant s’expose à des poursuites.