Honneurs funèbres à feu Général de brigade Kouamé Akissi : première femme général d’armée de Côte d’Ivoire

Publié le
honneurs-funebres-a-feu-general-de-brigade-kouame-akissi-premiere-femme-general-d-armee-de-cote-d-ivoire Les derniers adieux au Général Kouamé Akissi, ex-inspectrice des services des armées et 1ère femme Général de Côte d‘Ivoire
Société

Des honneurs funèbres ont été rendus au Médecin -Général de brigade, Kouamé Akissi, vendredi 02 décembre 2022 à la place Général Thomas d’Aquin de l’Etat-major général des armées à Abidjan, en présence du ministre d’Etat, ministre de la Défense, Téné Birahima Ouattara ainsi que des Grands commandements.

Le ministre d’Etat Birahima Ouattara, accompagné des Grands commandements, s’est incliné devant la dépouille du Général Kouamé Akissi, ex-inspectrice des services des armées et 1ère femme Général de Côte d‘Ivoire. Les autres Généraux ont emboité le pas au ministre en s’inclinant eux aussi devant la dépouille de leur ex-collègue.

Cérémonie d'hommage 

Le médecin-général de brigade, Yao Athanase, dans la lecture de l’oraison funèbre, a retracé le parcours très élogieux du Général défunt. « Général Akissi, va en paix », a-t-il conclu.

La sonnerie d’hommage aux morts a été entonnée par la musique des forces armées. S’en est suivi un défilé pour un ultime hommage au médecin-général de brigade Kouamé Akissi.

Le ministre d’Etat, ministre de la Défense, Birahima Ouattara a remis à la famille, le drapeau de l’Etat de Côte d’Ivoire qu’a loyalement servi la première femme Général de brigade de l’armée ivoirienne. Akissi Kouamé a tiré sa révérence, jeudi 29 septembre 2022 à Abidjan, à l’âge de 67 ans.

Le parcours de la défunte 

Kouamé Akissi épouse Lebahy, née le 1er janvier 1955 à Singrobo (Tiassalé), est à la retraite depuis janvier 2018. Elle a marqué l’histoire de la hiérarchie militaire en Côte d’Ivoire, en accédant au grade de Général de brigade, après avoir été parachutiste et médecin gynécologue-obstétricienne.

Kouamé Akissi commence l’école primaire à Singrobo puis poursuit ses études à Agnibilékrou dans une congrégation religieuse. Après son entrée en 6ème, elle est orientée au Lycée Sainte-Marie de Cocody (Abidjan), puis choisit la faculté de médecine pour ses études universitaires. Le 10 janvier 1981, alors qu’elle est étudiante en cinquième année de médecine à l’Université d’Abidjan, elle rejoint l’armée.

De juillet à septembre 1981, elle suit la formation commune de base (FCB) à l’École des forces armées de Côte d’Ivoire à Bouaké. Elle soutient sa thèse de doctorat le 23 juin 1983. De juin à juillet 1983, elle retourne à l’École des forces armées de Côte d’Ivoire pour y suivre la formation aux cours d’officiers.

A la suite de cette formation, elle reçoit les épaulettes de médecin lieutenant. En août 1983, elle devint la première dans l’Armée de Côte d’Ivoire à obtenir le brevet de parachutiste, à la compagnie des para-commandos du 1er bataillon d’Akouédo.