Côte d'Ivoire

Politique de migration de la main d'œuvre : l'Oit renforcent les capacités des acteurs du monde du travail

Publié le Modifié le
politique-de-migration-de-la-main-d-oeuvre-l-oit-renforcent-les-capacites-des-acteurs-du-monde-du-travail
Société

La question de la migration de la main d'œuvre était au centre d'un atelier organisé par L'organisation internationale du travail (Oit) en partenariat avec le ministère de l'Emploi et de la Protection sociale.

L'organisation internationale du travail (Oit) en partenariat avec le ministère de l'Emploi et de la Protection sociale a organisé un atelier, portant sur le renforcement des capacités sur l'élaboration, la cohérence et la mise en œuvre d'une politique nationale de migration de main d'œuvre fondée sur les droits et sensibles aux genres, dont l'ouverture a eu lieu le mercredi 7 décembre 2022 dans un receptif hôtelier au Plateau.

l'objectif de l'atelier

Cet atelier qui visent à donner des outils aux acteurs du monde du travail sur la politique de migration de la main d'œuvre en Côte d'Ivoire se déroule du mercredi 7 décembre 2022 au vendredi 9 décembre 2022.


La question migratoire demeure préoccupante non seulement pour les nationaux mais également pour les non nationaux qui ont décidé de s'établir où de transiter dans notre pays dans le cadre de leurs activités socioprofessionnelles. Les pratiques de recrutement informel et souvent contraires à l'éthique associées à des mécanismes limités de migration régulière de mains d'œuvre entraînent de nombreux abus et des pratiques d'exploitation qui remettent en cause certains principes fondamentaux des droits de l'homme.

donner des outils aux acteurs du monde du travail sur la politique de migration de la main d'œuvre en Côte d'Ivoire

C'est dans un texte contexte que, le ministère de l'Emploi et de la Protection sociale a émis les vœux, de ratifier les conventions Internationales pertinentes sur la migration de la main d'œuvre et d'autre part de lancer le processus de formulation de politique d'immigration de la main d'œuvre. Selon le représentant du ministre , Agô Ebenezer, cet atelier vient à point nommé.<< Je crois que nous sommes dans la droite ligne de cette recommandation >> a-t-il lancé.


Et dans ce processus, la nécessité de fédérer les actions s'imposent, à en croire Ago Ebenezer. << La formulation d'une telle politique commande une synergie d'actions de l'ensemble des acteurs >> a-t-il souligné avant de noter que les résultats de cet atelier serviront << au gouvernement ivoirien de disposer d'une feuille de route pour la formulation de la politique de la migration de la main d'œuvre >> et permettront également d'obtenir <<'un cadre logique, efficace et pertinent requis pour apporter divers aspect de la gouvernance de la migration de la main d'œuvre notamment les cadres politiques, réglementaires et institutionnels, l'analyse du marché, les mesures pour lutter contre l'immigration de la main d'œuvre irrégulière et la protection des droits des travailleurs migrants >>.

Pour lui, cette formation << sonne comme une étape importante qui renforcera les connaissances et la compréhension des concepts clés liés à la migration de la main d'œuvre à l'aune du contexte spécifique de la Côte d'Ivoire>>.

un phénomène mondial 


Relevant le fait que tous les pays dans le monde sont concernés par la question de la migration de la main d'œuvre en particulier dans la sous région, le représentant du bureau pas de l'Oit en Côte d'Ivoire, Frédéric Lapeyre a expliqué que <<la migration en situation irrégulière et le traffic d'êtres humains à destination et en provenance de Côte d'Ivoire constitue un défi pour les décideurs politiques>>.


Ainsi, à cet atelier, s'agira-t-il <<de renforcer les capacités des parties prenantes nationales en Côte d'Ivoire afin qu'elles puissent participer de manière active à la formulation et à la mise en œuvre efficace de la politique nationale de migration de la main d'œuvre qui sera mis en place. Il s'agira pour l'Oit de donner tous les outils nécessaires pour que cette politique soit élaborée de manière participative avec les différents acteurs eux-mêmes, pour qu'ils puissent s'approprier les étapes et le processus de formulation d'une politique de migration de la main d'œuvre. Et qu'ils puissent être par la suite des acteurs de sa mise en œuvre et de son évaluation. Il s'agira d'approfondir les connaissances des acteurs clés sur la manière dont les questions de la migration de la main d'œuvre peuvent interagir avec d'autres priorités de politique et stratégie nationale. Le dialogue social aura un rôle central a joué dans ce processus. L'objectif est d'avancer dans ce processus >>.

Intervenant au nom du patronat ivoirien, Brou Arsène a fait remarqué que << cet atelier va permettre de mettre en cohérence toutes les réformes mises en place ainsi que de respecter les droits et devoirs des travailleurs migrants>> .

Dans cette dynamique, Tanoh, au nom des centrales syndicales a souhaité que certains principes soient respectés et pris en compte. <<L'élaboration d'une politique de migration de mains d'œuvre doit reposer sur un dialogue social consistant et respectueux du rôle des partenaires sociaux >>.

Il faut noter que selon l'Oit sur les 272 millions de travailleurs internationaux, dans le monde, en 2019, 169 millions étaient des travailleurs migrants.