Football: 1er tour préliminaire retour de la Ligue des champions

Le match de l'AFAD reportée au mardi 6 mars

Sport
Publié le Source : L'inter
le-match-de-lafad-reportee-au-mardi-6-mars L'AFAD a pensé revivre les mauvais souvenirs de la bataille d'Abidjan

La rencontre Diables Noirs - AFAD, comptant pour le 1er tour préliminaire retour de la Ligue des champions, initialement prévue pour hier dimanche 4 mars à 14h30 GMT au stade Massamba-Débat de Brazzaville, a été reportée de 48 heures par la Confédération Africaine de Football (CAF), précise une source proche de l'équipe iovirienne. Elle aura finalement lieu le mardi 6 mars 2012 à 14H30 GMT au stade Massamba-Débat de Brazzaville.

Cette décision de la CAF intervient après la demande des autorités congolaises, suite au drame vécu dimanche matin à Brazzaville. Une poudrière a pris feu dans un camp militaire de la ville, provoquant des explosions et de fortes détonations d'armes lourdes qui ont causé plus de 150 morts, de nombreux blessés et des dégâts matériels énormes. Le monde du football, dont la délégation de l'AFAD, a choisi d'être solidaire du peuple congolais. C'est le commissaire au match, Masamba Malunga Jean-Didier, originaire de la RD Congo, qui a annoncé la nouvelle à l'équipe ivoirienne, à son QG de l'hôtel Saphir, peu après 14 heures locales.

Le représentant de la CAF était accompagné du Secrétaire Général de la fédération congolaise (Fecofoot) et d'un représentant du ministère des Sports congolais. Aucun membre de la Fédération Ivoirienne de Football (FIF) n'a accompagné l'AFAD à Brazzaville. Il n'y avait rien à payer puisqu'il est entièrement pris en charge. Mais, la FIF n'a pu trouver dans ses rangs une seule personne pour être aux côtés du vice-champion ivoirien, en mission pour le football national à l'étranger. Le club est ainsi livré à lui-même. Le commissaire au match, Masamba Malunga Jean-Didier, l'a déploré le samedi 03 mars, lors de la réunion technique.

Quand il y a eu les détonations d'armes lourdes dans la ville, les membres de la délégation ivoirienne ont pensé revivre les mauvais souvenirs de la bataille d'Abidjan. Pendant trois heures, tous les membres de la délégation sont restés sans information précise parce qu'il n'y avait pas d'officiel ivoirien pour contacter les autorités congolaises.

Le palais présidentiel où réside le président Sassou Nguesso n'est qu'à 200 m de l'hôtel Saphir et l'armée avait déjà bouclé tout le secteur. Les explosions ayant provoqué des dégâts dans l'hôtel, de nombreuses vitres ayant volé en éclats, les joueurs ont été regroupés dans un escalier de l'hôtel et les passeports rassemblés pour une éventuelle évacuation d'urgence. Heureusement, on apprendra plus tard qu'il ne s'agissait pas de combats mais plutôt d'explosions dans un dépôt de munitions.

A.CAMARA (info M.D. à Brazzaville)