Football

Election à la présidence de la Caf: Voici ce qui fait peur au clan Hayatou


13/03/2012
Anjorin Moucharaffou et Garf Afrique redoute la candidature de la Côte d'Ivoire à la Caf
Le Groupe d’action pour le renouveau du football en Afrique (Garf-Afrique), d’Anjorin Moucharaffou, président contesté de la Fédération béninoise de football, s’est fendu récemment d’un communiqué, mettant en garde de façon voilée, tout Africain, autre qu’Issa Hayatou, contre toute candidature à la présidence de la Confédération africaine de football (Caf) en 2013

C’est vrai que le communiqué ne cite aucun nom, mais il indique que «contre toute attente, le bureau directeur du Garf-Afrique a appris avec désolation, la candidature d’un membre du comité exécutif de la Confédération africaine de football et ancien président de fédération». Pourquoi Anjorin Moucharaffou et son Garf-Afrique dont les membres ne se limitent qu’à quelques organisateurs de fêtes foraines à la Caf, se désolent-ils face à la candidature d’un membre du comité exécutif ? Est-il écrit qu’aucune personne autre qu’Hayatou ne devrait briguer ce poste ? Il est temps qu’Anjorin et ses camarades arrêtent cette danse macabre dont le seul objectif est de faire d’Issa Hayatou un président à vie de la Caf.

Après 24 ans passés à la tête de l’organe suprême du football africain, Hayatou est visiblement gagné par l’usure et devrait logiquement penser à se retirer en optant pour une alternance générationnelle. En 2009, il avait promis qu’après la coupe du monde 2010, il se retirerait. Mais depuis quelque temps, il a tourné casaque. Soutenu en cela par des structures fantoches comme le Garf-Afrique qui, à la vérité, n’est rien d’autre qu’un club de soutien à la solde d’Issa Hayatou. Anjorin Moucharaffou et son Garf-Afrique ne peuvent empêcher aucun Africain de nourrir la noble ambition de briguer la présidence de la Caf qui n’est pas la chasse gardée de Issa Hayatou.

En pondant son communiqué, le président de Garf-Afrique sans nommé, faisait implicitement allusion à la candidature de la Côte d’Ivoire dont parlent tant les présidents des fédérations africaines de football. Pour tout dire, Issa Hayatou et ses hommes face à l’engouement que suscitent les rumeurs de la candidature ivoirienne, à travers Jacques Anouma, ancien président de la Fif, redoutent un affrontement dans les urnes, convaincus qu’ils sont de la défaite. C’est bien pour cela qu’Anjorin, en éternel griot du roi, a déjà embouché la trompète de l’intimidation, du dénigrement. Mais, l’ex-pensionnaire de la maison d’arrêt et de correction de Cotonou peut s’assurer d’une chose. Si la Côte d’Ivoire veut être candidate, ce ne sont pas ses communiqués et ses tracts qui l’en empêcheront. Nous y reviendrons !

COULIBALY Vamara

Coulibaly Vamara

|

  • SOURCE: Soir info

1 | 2