Athlétisme : Après l'exploit de Murielle aux championnats du monde en Turquie

Nicolas Debrimou (président de la Fédération ivoirienne d'athlétisme) « Bravo au président de la République !»

La fabuleuse histoire de Murielle Ahouré
L'athlète débarque à Abidjan aujourd'hui
15/03/2012
Nicolas Debrimou est un président comblé
Après l'exploit de Murielle Ahouré aux Championnats du monde d'athlétisme en salle à Istanbul en Turquie, le président de la Fédération ivoirienne d'athlétisme, Nicolas Debrimou parle...

L'engagement du président de la République...

C'est une joie immense qui m'habite parce que les choses se sont passées de telle sorte que je peux vous affirmer que c'était le plan de Dieu. Figurez-vous, cette athlète avait des difficultés pour la régularisation de sa situation aux Etats-Unis. C'est d'ailleurs pour ces raisons que depuis, elle n'a pu prendre part aux compétitions pour lesquelles je l'ai engagée. Je l'avais engagée pour les championnats du monde en Corée en 2011. Je l'avais engagée pour les championnats du monde en salle en Turquie. Sa participation n'était pas certaine. Mais tout s'est enchaîné de façon inimaginable au dernier moment. D'abord au niveau de l'Immigration, le président de la République a pris le dossier en main. Il a permis que les frais de l'avocat qui réglait le problème de Murielle au niveau de l'Immigration aux Etats-Unis, soient entièrement payés. Dès lors, on avait commencé à espérer. Mais comme la date des championnats du monde se rapprochait et que nous n'avions aucune certitude quant à la décision de l'Immigration, nous avons commencé à être inquiets. J'étais invité à cette compétition en Turquie, mais j'ai annulé mon voyage et j'avais même décidé d'annuler l'engagement de Murielle Ahouré. Parce que nous étions à une semaine de l'ouverture de la compétition. Mais c'est Serge Doh - il faut remercier cet ancien champion de la Fédération ivoirienne d'athlétisme qui nous aide énormément au niveau de la fédération et également l'athlète Murielle - qui a dit : ''président, il faut l'engager. Si elle a les documents pour sortir des Etats-Unis, tant mieux ! Dans le cas contraire on payera l'amende de l'IAAF''. Fort de cela, j'ai donc pris contact avec l'IAAF. Nous étions à la veille de la clôture de l'engagement pour les championnats du monde. C'est donc à la veille qu'à nouveau, elle a été engagée pour pouvoir être en Turquie. Un autre problème s'est encore posé, c'est pourquoi je dis que la main de Dieu a agi dans cette affaire. Murielle devait quitter les Etats-Unis le 6 mars. Or le 7 mars, elle avait rendez-vous au Service de l'Immigration, pour savoir si oui ou non elle pouvait sortir du territoire américain. J'ai donc demandé qu'on émette un billet pour un vol le soir du 7 mars. De sorte qu'au cas où le problème était réglé, l'athlète puisse partir le soir. Parce qu'après le 7 mars, il serait trop tard pour elle d'arriver à temps afin de compétir. Le billet a été émis pour un vol le matin du 7 mars. On ne l'a su que la veille à 17h. Et l'agence de voyage à Monaco que j'ai contactée pour changer le billet d'avion, m'a dit qu'elle ne pouvait pas le faire sans l'accord de la responsable de l'IAAF chargée des billets d'avion. Cette responsable était déjà en Turquie. Dix minutes plus tard, l'agence devait fermer. Au moment où je cherchais le contact de la personne chargée de l'émission des billets d'avion pour l'IAAF, cette dernière m'a appelé. Je lui ai donc expliqué qu'il fallait émettre un billet pour l'après-midi parce que le matin, l'athlète doit répondre à d'autres engagements. Il n'était pas évident d'avoir un billet pour le lendemain. Et là en encore, miracle, l'athlète a pu avoir un billet pour voyager le soir. C'est du Service de l'Immigration qu'elle est allée directement à l'aéroport. A cet instant, Doh Serge m'a dit: ''président, quelque chose va se passer en Turquie, vu comment les choses se sont enchaînées''.

Un tournant pour l'athlétisme ivoirien

Depuis Gabriel Tiacoh qui a remporté la médaille d'argent aux Jeux Olympiques de Los Angeles, c'est la première fois qu'un athlète ivoirien réalise une telle performance au plan mondial. J'ai vraiment cru en cette athlète. Il y a six mois, je vous avais dit que j'ai découvert une athlète aux Etats-Unis, pour laquelle je me battais pour qu'elle puisse représenter la Côte d'Ivoire aux Jeux olympiques de Londres 2012. J'ai même élaboré un document au mois de décembre 2011, que j'ai envoyé aux entreprises, pour leur demander de nous octroyer les moyens pour permettre à l'athlète de se préparer pour les Jeux de Londres. Certaines de ces entreprises ont répondu favorablement. Petroci, Sodeci et la Direction Générale des Impôts, m'ont donné un soutien financier pour aider les athlètes à préparer les JO 2012. Je profite donc de l'occasion pour lancer encore un appel à toutes les entreprises qui soutiennent les Eléphants, de nous aider à avoir les moyens pour mieux préparer les athlètes. L'exploit réalisé par Murielle Ahouré est un tournant pour l'athlétisme ivoirien. Lorsqu'un athlète arrive à ce niveau de performance, les choses ne sont plus du ressort de la seule fédération. Pour moi, c'est l'occasion de relancer l'athlétisme ivoirien en général, mais encore plus, l'athlétisme féminin en particulier. Voilà ce qui me rend heureux, parce que je sais que ça peut être un tournant pour l'athlétisme ivoirien demain.

Un espoir de médaille aux JO 2012

Le Titre du document que j'ai fait élaborer pour le soutien aux Eléphants athlète, est: ''Murielle Ahouré, une nouvelle Gabriel Tiacoh?'' Dans ce document, j'ai dit que cette athlète avait le potentiel pour nous faire rêver. Aujourd'hui, Après sa performance aux championnats du monde en salle en Turquie, je rêve de voir cette jeune fille sur le podium aux Jeux olympiques à Londres. Elle en a les capacités. C'est sa première compétition internationale, il lui faut encore de l'expérience. Si elle l'avait, peut-être qu'elle aurait remporté la médaille d'or. Si vous regardez la course, vous verrez qu'elle a couru en tête. C'est la double médaillée olympique, la Jamaïcaine, qui l'a battue au finish. Je rêve qu'à Londres, Dieu nous écoutera à nouveau. Et donnera une médaille à la Côte d'Ivoire. Il faut rappeler qu'aux Etats-Unis, lorsque le problème s'est posé, j'ai écrit à l'avocate de faite en sorte que Murielle puisse aller d'abord aux championnats du monde en Turquie, et surtout aux Jeux olympiques parce que c'est très important pour la Côte d'Ivoire. Nous sortons d'une situation difficile et des événements d'une telle ampleur procurent la joie à tout le peuple. Je pense que Dieu a entendu cela. Parce que l'avocate même s'est dite surprise par la célérité avec laquelle le problème a été résolu en quelques semaines. Parce qu'habituellement, ce genre de dossier prend un ou deux ans. Cette victoire, on la dédie à la Côte d'Ivoire, pour que les Ivoiriens soient heureux. Et qu'ils sachent que de nouveau, la Côte d'Ivoire retrouvera sa place dans le concert des nations. Je dis bravo au président de la République. S'il n'avait pas pris l'engagement de régler le problème au moment où plus personne n'y croyait, on n'en serait pas là. Quelques jours avant les championnats du monde, j'ai dit au conseiller du président de la République, si Murielle gagne la médaille, c'est à vous que je la remettrai pour que vous l'offriez au président de la République. C'est donc une joie immense qui m'habite.

Murielle à Abidjan ce mardi

Murielle doit en principe arriver à Abidjan le mardi (aujourd'hui, 13/03/2012). Mais je voudrais révéler aussi que s'il y a quelqu'un qui avait foi en Murielle, c'est bien sa mère. La première fois que je l'ai rencontrée, elle m'a dit ''ma fille peut faire des choses extraordinaires''. Et lorsque Murielle a eu son autorisation pour se rendre en Turquie, sa mère s'est payée un billet d'avion et l'a rejointe à Istanbul aux championnats du monde. La mère a donc assisté à l'exploit de sa fille et les deux arrivent ce mardi. Même si on n'a pas la mobilisation des Eléphants footballeurs, que les Ivoiriens sachent que cette jeune fille qui a honoré la Côte d'Ivoire en Turquie, mérite qu'on lui réserve un accueil chaleureux. Parce que grâce à elle, au moment où on remettait les médailles aux athlètes sur le podium du 60m féminin, le drapeau ivoirien a été hissé sous les airs de l'hymne national de Côte d'Ivoire.

Propos recueillis par Alphonse CAMARA

Alphonse Camara

|

  • SOURCE: L'inter

1 | 2

Videodrome