Football/ Affaire primes ''impayées des Eléphants'': Alain Lobognon réagit


20/04/2015
Le ministre Alain Lobognon souhaite la manifestation de la vérité (Photo d'archives)
Le ministre de la Promotion de la jeunesse, des sports et des loisirs est sorti de sa réserve face aux rumeurs sur les primes impayées des Eléphants, vainqueurs de la Can 2015.

Sur son compte Twitter, Alain Lobognon s'est prononcé, le week-end dernier, sur cette affaire qui alimente la polémique depuis plusieurs semaines. «Chez nous à Fresco, lorsque l'on t'insulte en public, ton silence est perçu comme vérité. Accusé, bafoué, ma réponse est attendue», reconnaît le ministre Lobognon. Mais avant, il met en garde tous ceux qui s’agitent, et surtout les «mercenaires qui prostituent leurs plumes pour quelques centimes», a-t-il ajouté. Et de préciser: «Mon honneur ne s'achète pas. Ma réponse viendra. Ceux qui ne seront pas contents sont déjà prévenus». Poursuivant, Alain Lobognon, qui attend toujours la réponse à son courrier du 17 mars 2015 à la Fédération ivoirienne de football (Fif), relative aux rumeurs de primes impayées veut tirer toutes les conséquences, «le jour où la Fif publiera un début de preuve d'impayés de primes» le mettant en cause.

Dans cette lettre, il sollicitait de la fédération, la liste exhaustive des personnes concernées et des sommes dues. Mieux, le ministre des Sports soutient qu'un membre de la fédération a reçu 100 millions de Fcfa comme «argent de poche». Et que le virement des primes de la finale a même été autorisé le 5 février 2015. «Ma posture ne changera pas. Laissons l'argent du sport aux sportifs et mettons le cap sur le professionnalisme», a-t-il prévenu.

On le voit, à travers cette première sortie sur son compte Twitter, le ministre des Sports affiche sa volonté d'aboutir à la manifestation de la vérité dans cette affaire de «primes impayées».

Alphonse CAMARA

Sauf autorisation de la rédaction ou partenariat pré-établi, la reprise des articles de linfodrome.com, même partielle, est strictement interdite. Tout contrevenant s’expose à des poursuites

Alphonse Camara

|

  • SOURCE: L'inter

1 | 2