CAN 2012 : les tops et les flops du premier tour


01/02/2012
Après seulement trois matchs, la Coupe d'Afrique des nations 2012 (CAN) a livré quelques enseignements intéressants sur le renouvèlement des forces en présence. Dans une compétition continentale qui s'annonçait très ouverte en l'absence de l'Egypte et du Cameroun, des outsiders ont déçu (Sénégal, Maroc) quand d'autres ont tenu leur rang (Côte d'Ivoire, Ghana).

Les surprises sont aussi légion avec les deux pays co-organisateurs (Gabon et Guinée-Equatoriale) qui ont d'ores et déjà réussi leur tournoi en accédant aux quarts de finale. La Zambie et dans une moindre mesure le Soudan pourrait encore jouer les trouble-fêtes.

Des favoris au rendez-vous...
Configuration de tableau oblige, la victoire finale pourrait se jouer entre le Ghana et la Côte d'Ivoire qui ne se rencontreront pas avant le dernier match. Les coéquipiers de Didier Drogba sortent du premier tour gonflés à bloc. Les hommes de François Zahoui ont l'arithmétique de leur côté (3 victoires, 5 buts inscrits, aucun encaissé) et peuvent aborder la dernière ligne droite sereinement. Se profile désormais un quart de finale largement dans leurs cordes samedi contre le co-organisateur équato-guinéen, l'invité surprise du Top 8 mais qui ne devrait logiquement pas faire le poids face à Drogba et sa bande. Un luxe non négligeable pour une sélection soumise à une pression intense et un simple impératif: ramener au pays un trophée qui lui échappe depuis 20 ans.
A un moindre degré, les Ghanéens ont tenu leur rang. Les quarts de finalistes du dernier Mondial, sans briller, intègrent le Top 8. Mais les performances du Marseillais Andre Ayew ont masqué les errances collectives des Black Stars qui devront rapidement corriger le tir

D'autres déçoivent
Comment ne pas être déçu par le parcours du Maroc dans cette CAN 2012. Arrivés gonflés à bloc après de brillantes qualifications (3 succès, deux nuls, une défaite 1 à 0 en Algérie), les Lions de l'Atlas repartent sans certitudes et la victoire pour du beurre contre le Niger ne suffira pas à panser les plaies. Les hommes d'Eric Gerets qui faisaient partie des favoris après des qualifications pourtant maîtrisées , le Maroc a évité l'affront de repartir sans aucune victoire de la CAN-2012 en venant à bout du Niger au terme d'une partie sans relief. Les Lions de l'Atlas, qui faisaient partie des favoris, ont donc totalement raté leur tournoi, après des qualifications pourtant maîtrisées (3 succès, deux nuls, une défaite 1 à 0 en Algérie). Cette campagne fragilise la position du sélectionneur, le Belge Eric Gerets, qui a déjà clamé son envie de rester à son poste mais est devenu la cible de la presse marocaine.
L'autre grosse déception concerne le Sénégal. Les partenaires de Mamadou Niang et Moussa Sow ont probablement signé leur pire campagne en CAN avec une troisième défaite face à la Libye (2-1). Une campagne aux allures de Berezina qui va à coup sûr ébranler le football sénégalais et sans doute pousser le sélectionneur Amara Traoré vers la sortie. Elle est bien loin la formation qui avait réussi pendant les éliminatoires à renvoyer le Cameroun à ses chères études. Les Lions de la Téranga ne rugissent plus.

Des pays organisateurs à la fête
Au total, le Gabon se sera payé le luxe de dominer au premier tour les deux géants du Maghreb, les Aigles de Carthage et le Maroc, éliminé. Un exploit inimaginable avant le début du tournoi. les Panthères ont surtout démontré une nouvelle fois leur solidité qui peut leur permettre d'aller loin dans cette CAN. Et avec Aubameyang, l'attaquant de saint-Etienne, il peut compter sur un joueur au sommet de sa forme. Que peut-il demander de plus? Les troupes de Gernot Rohr sont assurées de disputer leur prochain match dans leur antre de Libreville. Pour un nouvel exploit?
Ce sera encore plus dur pour la Guinée-Equatoriale, la nation la moins bien classée du tournoi au classement Fifa (151e). Elle pensait pouvoir boucler en beauté un premier tour miraculeux mais une défaite face à la Zambie la prive de la première place du groupe A. Du coup elle se frottera aux redoutables Eléphants ivoiriens favoris de la compétition.

Des espoirs non confirmés
La désillusion est en revanche énorme pour les Palancas Negras. Le rêve d'une 3e accession consécutive aux quarts de finale pour l'Angola s'est éteint logiquement pour une formation qui sera apparue en net déclin par rapport aux éditions précédentes.
La première CAN de l'histoire du Niger a tourné cour. Rolland Courbis, venu épauler Harouna Doula, le sélectionneur ayant qualifié son pays, avant de le supplanter après le premier match, ne peut se targuer d'avoir apporté le premier point de l'histoire aux Nigériens. Le bilan de trois défaites et la zizanie semée par la présence de Courbis au sein de l'effectif n'en font pas forcément un favori pour diriger le Niger à l'avenir.

De nouvelles forces
Parmi les nouvelles places fortes la Zambie est entrée par la grande porte. Et dans la perspective d'un quart de finale contre l'inattendu Soudan à Bata, tous les espoirs sont permis pour les hommes du Français Hervé Renard. Les Zambiens assurent leur présence en quarts de finale de la CAN, pour la deuxième fois consécutive et cerise sur le gâteau, termine même en tête du groupe A.
On ne pensait pas voir la Tunisie à pareille fête pour la CAN 2012. Le printemps arabe et une révolution ayant fait passer le football au second plan. Mais il faut croire que les Aigles de Carthage ont puisé dans ces événements des ressources insoupçonnées. Après deux victoires contre le Maroc (2-1) et le Niger (2-1), la Tunisie a terminé sur une mauvaise note avec une défaite contre le Gabon (1-0). Elle se hisse en quarts en terminant deuxième du groupe C et ne boude pas son plaisir.

LeParisien.fr

Super User

|

Lorem Ipsum is simply dummy text of the printing and typesetting industry. Lorem Ipsum has been the industry's standard dummy text ever since the 1500s, when an unknown printer took a galley of type and scrambled it to make a type specimen book. It has survived not only five centuries, but also the leap into electronic typesetting, remaining essentially unchanged.

1 | 2