JO/ Finale du 200 mètres dames

Athlétisme: Ta Lou échoue au pied du podium

Sport
Publié le Source : Linfodrome
athletisme-ta-lou-echoue-au-pied-du-podium Marie Josée Ta Lou mérite les encouragements des Ivoiriens

L’athlète ivoirienne Marie Josée Ta Lou est passée à côté d’une médaille olympique en finale du 200 mètres, le jeudi 18 août 2016, à Rio.

Marie Josée Ta Lou n’a pas décroché de médaille en finale du 200 mètres dames. Comme en finale du 100 mètres, elle est arrivée jeudi 18 août 2016, en 4ème position avec un chrono de 22’’21 derrière la Jamaïcaine Elaine Thompson (21’’78), médaille d'or, la Hollandaise Dafné Schippers (21’’88), médaille d'argent et l'Américaine Tori Bowie (22''15) médaille de bronze. La dernière nommée a devancé l'Ivoirienne d'une tête. En fait, une avance de 6 centièmes.

La sprinteuse ivoirienne est encore passée à côté d’un exploit, malgré son état de santé fragile.

La veille déjà, après sa qualification en finale du 200 mètres, elle se plaignait de douleurs dans le corps : « Mon corps ne répond plus », ne cessait-elle de répéter.

Ta Lou et Murielle Ahouré étaient les porte-drapeaux de la Côte d’ Ivoire aux 100 et 200 mètres dames

Mais au contraire de Ta Lou qui s’est qualifiée pour les finales des deux distances, Ahouré s’est contentée de la finale du 100 mètres perdue dimanche, avant d’échouer, le mercredi 17 août, en demi-finale dans sa tentative de se qualifier pour la finale du 200 mètres.

Merci à nos deux sprinteuses d’avoir fait rêver tout le peuple ivoirien. La prochaine fois sera la bonne.

Marie Josée Ta Lou, finaliste malheureuse du 200 mètres, au micro de RFI :

« Je perds à deux doigts… »

Ces deux jours de maladie m’ont beaucoup plombée, mais aujourd’hui, je me sentais bien. Les autres ont été meilleures. Cela ne veut pas dire que je ne suis pas meilleure. Je perds à deux doigts d’être parmi elles.

Vous ne cessiez de dire je suis malade, mon corps ne réponds plus. Mais vous battez votre record personnel et le record national…Soyez encore plus malade et vous serez championne olympique…

(Rires…). Ah oui, c’est ce que mon corps m’a dit. Les autres m’ont dit : « mais tu es souffrante et tu bats ton record ».

Adolphe Angoua

Sauf autorisation de la rédaction ou partenariat pré-établi, la reprise des articles de linfodrome.com, même partielle, est strictement interdite. Tout contrevenant s’expose à des poursuites.