Football

Crise Clubs-FIF (Zurich) : Comment Roger Ouégnin a dribblé tout le monde

Publié le Modifié le
crise-clubs-fif-a-zurich-comment-roger-ouegnin-a-dribble-tout-le-monde Roger Ouégnin a démontré qu'il est un fin dribbleur
Sport

Dans la crise qui oppose certains clubs à la Fédération ivoirienne de football (FIF), le président du conseil d’administration de l’Asec Mimosas, Me Roger Ouégnin, avait pris certaines décisions. Mais il vient d’en prendre le contre-pied pour se retrouver aujourd’hui au siège de la FIFA, à Zurich (Suisse).

Les différentes parties impliquées dans la crise qui mine le football ivoirien, s’affrontent, depuis le mardi 20 mars 2018, au siège de la FIFA, à Zurich. Les protagonistes font également face à la rigueur du froid. Dans une atmosphère glaciale (2 degrés avec 57% d’humidité) avec un vent de 13 km/ heure, un homme, pardon, l’ancêtre Roger Ouégnin, conduit la troupe des dissidents, ceux qui réclament le départ du président Augustin Sidy Diallo et son comité directeur. Ils font, bien entendu, face au camp de la FIF conduit par le président Augustin Sidy Diallo et son vice-président Sory Diabaté qui sont accompagnés par une dizaine de clubs.

Lire aussi cet article : Roger Ouegnin (Asec) découpe Sidy Diallo : "Vous n'avez pas de vision, on vous demande de partir"

Avant le rendez-vous de Zurich, Roger Ouégnin avait fait des confidences, notamment, le dimanche 28 janvier 2018, lors de l’assemblée générale extraordinaire de son club, l’Asec Mimosas, à la Bourse du Travail de Treichville. « Il y a des choses que je ne dois pas dire. Vous savez, moi, je fais partie de la Conférence des présidents dont je suis le membre fondateur. Dans cette conférence-là, les gens m’appellent l’ancêtre parce que c’est moi qui l’ai créée. Tu sais, quand tu crées une machine, c’est toi qui a toutes les pièces de rechange. Tu réveilles la machine quand tu veux, tu la mets en panne quand tu veux, tu la réveilles quand tu veux. C’est pour ça que les gens m’appellent l’ancêtre », a-t-il dit sous les ovations des nombreux Actionnaires.

Lire aussi cet article: Roger Ouégnin (Asec) à propos de Vagba Alexis (Africa) : "C'est un petit Kakaba"

L’ancêtre avait aussi souligné qu’il ne faisait pas confiance à des gens, dans son propre camp, le G42. « Même dans le G42, il y a des gens, je n’ai pas confiance en eux (…) Tous ceux qui sont avec moi savent que je suis réglo. Quand je vous dis que je suis avec vous, même si on ne me voit pas, j’agis. Parce que de ma position, je vois tout le monde frétiller. Je vois les attitudes des gens ».

Lire aussi cet article: Asec Mimosas, Roger Ouegnin parle des "caches d'armes" à Sol Beni et cogne Sidy Diallo

Est-ce parce que Roger Ouégnin ne faisait pas confiance à des gens dans son propre camp qu’il avait brouillé les pistes en annonçant qu’il n’irait pas à Zurich ? C’est fort possible. « Je n’irai pas à Zurich, il y a des gens aujourd’hui formés, il y a des intelligences, il y a des gens qui ont compris que trop, c’est trop (…). Nos envoyés qu’on va envoyer à la FIFA, on va les blinder pour aller là-bas, pour défendre notre dossier. Et moi, l’ancêtre, je suis ici à Abidjan, je les attends », avait-il confié.

Mais depuis le dimanche 18 mars 2018, l’ancêtre a pris le contre-pied de sa propre déclaration. Il a dribblé tout le monde, pour se rendre à Zurich. C’est sûr que lors des discussions de ce jour, il va encore sortir un autre instrument dans sa boîte à outils. Pour certainement frapper là où ça fait mal. Attendons de voir…

 

Adolphe Angoua

Sauf autorisation de la rédaction ou partenariat pré-établi, la reprise des articles de linfodrome.com, même partielle, est strictement interdite. Tout contrevenant s’expose à des poursuites.