Football/Après la qualification avant terme pour la Can 2019: Eléphants, ce qui reste à faire

Publié le Modifié le
football-apres-la-qualification-avant-terme-pour-la-can-2019-elephants-ce-qui-reste-a-faire Les éléphants ne doivent pas baisser la garde avant le début de la Can 2019.
Sport

Les Eléphants de Côte d'Ivoire sont qualifiés pour la Can 2019. Un match nul (1-1) face au Syli national de Guinée, samedi 18 novembre 2018, au stade du 28 septembre de Conakry, leur a permis d'obtenir le billet pour Cameroun 2019 avant la 6e et dernière journée des éliminatoires.

Les pachydermes ivoiriens ont fait l'essentiel. Et c'est justement à ce moment que le plus dur commence. Il s'agit de rester dans l'engagement jusqu'au coup d'envoi de la compétition. Bien sûr, les poulains de Kamara Ibrahim ne sont pas la première sélection africaine à s'être qualifiée avant terme. 13 pays ont déjà, comme la Côte d'Ivoire, composté leur ticket, y compris l'inattendue Mauritanie. Pour ces pays, dont la Côte d'Ivoire, le défi est d'être concentré en permanence jusqu'au mois de juin 2019.

Hors de toute pression des matches éliminatoires, désormais, ils devront meubler leur temps à leur guise. Il est indéniable que la Fédération ivoirienne de football (Fif) fera tout pour respecter ses engagements vis-à-vis des dates Fifa. Il appartiendra aux pachydermes de les meubler avec efficacité. Se qualifier avant terme, 6 mois avant le début du tournoi, est un couteau à double tranchant. Cela donne une bonne marge de préparation à l'équipe. Mais cela peut conduire à l'oisiveté. Surtout chez les joueurs, qui estiment avoir fait le plus difficile. Or, justement, il leur appartient de rester déterminés. Sous ce rapport, le temps de matches amicaux ne doivent pas être considérés comme des moments de loisirs.

Chaque retour en sélection à l'occasion des dates Fifa doit être une occasion de réarmement moral. Si les Eléphants, qui étaient au bord du gouffre il y a quelques mois, se sont relevés pour arracher la qualification pour la Can 2019, c'est bien grâce à l'énorme travail psychologique effectué sur eux, auprès d'eux, par Kamara Ibrahim. Celui-ci n'a qu'une phrase à la bouche : « défendre le maillot national jusqu'à la dernière goutte de sueur ».

Depuis sa prise de fonction sur le banc des pachydermes ivoiriens, l'ancien joueur du Stade d'Abidjan et de l'Africa Sports ne cesse de demander à ses joueurs de penser aux Ivoiriens, qui, en dépit des difficultés financières que beaucoup d'entre eux vivent, n'hésitent pas à délier la bourse pour assister aux matches de l'équipe nationale. Il insiste sur l'esprit patriotique de ses poulains. Les matches amicaux qui seront négociés à l'occasion des dates Fifa devraient l'être crânement, avec cet état d'esprit. L'équipe nationale n'a pas besoin de vacanciers pour les 6 mois à venir.

 

Litié BOAGNON

Litié Boagnon
Voir ses articles