Alexis Vagba (Africa Sports d’Abidjan) après les sanctions de la FIF : « Je ne démissionnerai pas »

Publié le
alexis-vagba-africa-sports-d-abidjan-apres-les-sanctions-de-la-fif-je-ne-demissionnerai-pas Alexis Vagba martèle qu'il ne démissionnera pas après les sanctions prises par la FIF contre lui
Sport

Sanctionné, le lundi 25 mars 2019, par la Fédération ivoirienne de football (FIF) en même temps que le secrétaire général du club et plusieurs joueurs, le président du Bureau Exécutif de l’Africa Sports d’Abidjan, Vagba Bakahio Alexis, déclare qu’il ne démissionnera pas de son poste. Il a même nommé un vice-président en la personne de Dosso Aboubacar pour jouer le rôle d’intermédiaire entre le club et la FIF.

Quel commentaire faites-vous des sanctions prises contre vous par la Fédération ivoirienne de football (FIF) ?

La commission de discipline de la FIF a pris les décisions par rapport à notre match contre la SOA à Yamoussoukro. C’est une commission importante de la FIF qui prend une décision. Moi, je respecte la FIF, donc je respecte sa décision. Maintenant, j’ai décidé de faire appel, donc à partir du moment où j’ai décidé de faire appel et que j’ai déjà fait appel, je ne veux plus commenter la décision.

Lire aussi cet article : Crise à l'Africa Sports d'Abidjan : Alexis Vagba (président), Gba JC (SG) et plusieurs joueurs sanctionnés par la FIF

Et si la décision est confirmée par la commission recours de la FIF ?

Déjà, en même temps que je fais appel, j’ai nommé Dosso Aboubacar qui est le premier vice-président. Je l’ai reconfirmé premier vice-président chargé du football, comme ils ont fait un peu à l’Asec. Donc quelle que soit la décision, c’est lui qui sera notre intermédiaire avec la Fédération.

Et le secrétaire général ?

J’ai confirmé Guigui Michael comme secrétaire, mais il est toujours secrétaire général adjoint chargé du football. Parce que JC (Gba Jean Claude : ndlr) demeure le secrétaire général du club, mais il ne peut plus servir d’intermédiaire entre nous et la Fédération.

Mais les joueurs sont avec Antoine Bahi…

Moi, je respecte Bahi, mais je ne veux pas commenter. Moi, on m’a reçu et on m’a notifié la décision. On ne m’a jamais dit que je n’étais plus le président de l’Africa. La preuve, tous les gars qui ont ces problèmes là (qui ont été sanctionnés par la FIF : ndlr) ont gardé leur fonction. J’ai gardé ma fonction. Même dans ces conditions, je procède à des nominations. Le reste-là ne m’intéresse pas. Maintenant, s’ils ne veulent pas qu’on joue, s’ils veulent mettre l’Africa en troisième division, je ne rentre pas dans ça. Moi, je suis la légalité, et je suis dans la légalité, je ne commente pas les décisions de Bahi.

Vous pensez que Bahi veut mettre l’Africa en troisième division ?

Non ! Je veux dire que si l’Africa ne joue pas, si quelqu’un ne veut pas que l’Africa joue, c’est la personne qui veut conduire le club en deuxième division. Parce que moi, je suis légalement élu, je n’ai aucun problème. Quelqu’un vient et il s’autoproclame, mais c’est à lui qu’il faut demander, ce n’est pas moi. Moi, je ne me sens pas concerné, la Fédération me respecte, elle me considère comme le président. Donc, moi, je n’ai pas de problème.

Vous dites que vous êtes le président, mais les joueurs refusent de jouer, c’est qu’il y a problème…

Oui, mais les joueurs…Adolphe, il y a longtemps que tu es dedans, donc tu sais. Un joueur, on dit : voici ton salaire, voici ta prime. Et puis il dit je ne veux pas aller jouer, c’est qu’il est manipulé. Celui qui les manipule, s’il y a un problème, ce sera lui le responsable. Les joueurs sont sous contrat avec moi. A la date d’aujourd’hui, je n’ai pas de problème avec un seul joueur. Moi, j’ai saisi la Fédération pour dire que moi, je n’ai pas les joueurs. La Fédération tranchera un jour. Mais nous prenons nos responsabilités devant l’histoire. Moi, je n’ai aucun problème…Bahi-là, il était dans le comité directeur. Donc il n’avait aucun problème pour être candidat, si ça l’intéressait. Mais il laisse passer (laisse passer les élections : ndlr), on ne fait même pas deux mois, et puis il vient et s’autoproclame président. Moi, je ne veux pas le critiquer, il prend ses décisions, mais moi, je ne démissionnerai pas. Moi, personne ne m’a dit de démissionner.

 

Adolphe Angoua

Sauf autorisation de la rédaction ou partenariat pré-établi, la reprise des articles de linfodrome.com, même partielle, est strictement interdite. Tout contrevenant s’expose à des poursuites.