Côte d'Ivoire

Election à la FIF : Cyrille Domoraud lève un coin du voile sur la décision de l’AFI et parle des moitiés salaires payés dans certains clubs

« On a un bureau exécutif qui tranchera le moment venu »
« L’AFI n’a jamais décidé que nos joueurs perçoivent la moitié de leurs salaires »
06/05/2020
Election à la FIF : Cyrille Domoraud lève un coin du voile sur la décision de l’AFI et parle des moitiés salaires payés dans certains clubs
Cyrille Domoraud, président de l'AFI

Au terme de la cérémonie de remise du chèque de 10 000 000 de francs cfa aux 14 clubs de Ligue 1 et 24 de Ligue 2, le mardi 5 mai 2020, au siège de l’Association des footballeurs ivoiriens (AFI), Cyrille Domoraud, président de ladite association, n’a pas hésité à répondre aux questions de Linfodrome lorsqu’il a été titillé sur les sujets de l’élection à la Fédération ivoirienne de football (FIF) et des moitiés salaires payés dans certains clubs de première division.

L’Association des footballeur ivoiriens (AFI) que dirige l’ex-capitaine des Eléphants de Côte d’Ivoire, Cyrille Domoraud, suit de près les sujets brûlants de l’heure, notamment la polémique liée à l’élection du prochain président de la Fédération ivoirienne de football (FF) et les moitiés salaires payés par certains clubs de Ligue 1, à cause de la crise sanitaire de la pandémie du coronavirus. En tant que groupement d’intérêt, l’AFI a son mot à dire dans cette élection. Même si elle n’a pas encore choisi de parrainer pour l’instant un candidat, elle prendra la « bonne décision au moment venu ». En tout cas, c’est ce que dit son président Cyrille Domoraud.

Interrogé sur le sujet, le mardi 5 mai 2020, au terme de la cérémonie de remise du chèque de 10 000 000 de francs cfa, aux clubs de Ligue 1 et Ligue 2, le président de l’AFI a été clair. « Chez nous, il n’y a pas de polémique. On a un bureau exécutif qui tranchera au dernier moment. Il prendra la bonne décision dans le sens de l’AFI. On prendra la bonne décision au moment venu. Pour l’instant, je n’ai pas trop de commentaires à faire là-dessus. On suit l’actualité. Aujourd’hui, l’actualité, est que tout le monde entier est concentré sur le Covid-19. Donc nous, on est concentré là-dessus. C’est dans cet élan qu’on a fait un petit geste aux joueurs », a-t-il répondu, avant d’ajouter que la priorité de l’AFI est ailleurs : « Je fais un clin d’œil aux bonnes volontés de venir en aide à nos joueurs qui ont plus besoin de ça. C’est vrai qu’il y a beaucoup de bruits autour de cette élection, mais pour l’instant, ce n’est pas notre priorité ».

A propos des moitiés salaires payés par certains clubs, Cyrille Domoraud a souligné que cette décision n’émane pas de l’Association qu’il dirige. « Concernant l’état des salaires des joueurs, c’est qu’il y a que certains clubs ont payé l’entièreté du mois de mars et d’autres, la moitié. Je sais qu’il y a des clubs qui n’ont pas encore payé le mois d’avril. Nous ne sommes pas dans les secrets des clubs. Mais on sait que certains vont pouvoir se mettre à jour. L’AFI n’a jamais décidé que nos joueurs perçoivent la moitié de leurs salaires. Il est dit qu’un joueur doit percevoir son salaire de par son contrat. Mais dans cette période difficile pour tout le monde, pour les joueurs comme les clubs, il est important qu’on puisse échanger. Et c’est lors des échanges avec les dirigeants de club de Ligue 1 que ces propositions ont été faites. Et nous, l’AFI, on a rencontré nos joueurs pour leur faire le feedback de cette réunion. Et nos joueurs ont dit qu’ils ne le souhaitent pas. Donc ce n’est pas l’AFI qui a décidé que les joueurs perçoivent la moitié de leur salaire. C’est lors d’une discussion à la Fédération, une proposition à la Fédération. Il y a beaucoup de clubs qui ont payé l’entièreté de leurs salaires et d’autres, la moitié. Vu la situation, on ne peut sauter sur les clubs ou imposer quoi que ce soit, mais les joueurs doivent percevoir leurs salaires ».

Voilà qui est clair.

 

Adolphe Angoua

Sauf autorisation de la rédaction ou partenariat pré-établi, la reprise des articles de linfodrome.com, même partielle, est strictement interdite. Tout contrevenant s’expose à des poursuites.

Adolphe ANGOUA

|

  • SOURCE: Linfodrome

Videodrome