Côte d'Ivoire

Africa Sports d’Abidjan : Le défenseur béninois Sogbossi Caroff est devenu un sans domicile fixe, ses affaires bloquées dans un hôtel à Yopougon


03/06/2020
Africa Sports d’Abidjan : Le défenseur béninois Sogbossi Caroff est devenu un sans domicile fixe, ses affaires bloquées dans un hôtel à Yopougon
Sogbossi Caroff vit des moments de galère à l'Africa Sports d'Abidjan

Recruté à l’Africa Sports d’Abidjan cette saison, l’international défenseur central béninois, Sogbossi Caroff, vit aujourd’hui comme un sans domicile fixe (SDF). Ses affaires sont bloquées dans un hôtel de passe à Yopougon Selmer où il avait été logé par les dirigeants du club vert et rouge.

Qu’il est loin, le temps où les joueurs de l’Africa Sports d’Abidjan roulaient carrosse et étaient enviés des autres du championnat national de Côte d’Ivoire. Aujourd’hui, par la faute des dirigeants de ce club, mettre les pieds dans la maison vert et rouge, c’est nouer une amitié éternelle avec la galère.

Lire aussi cet article : Roger Ouegnin (Asec) à propos de Vagba Alexis (Africa) : "C'est un petit kakaba"

Le défenseur central béninois, Sogbossi Caroff, qui a signé un contrat d’un an chez les Aiglons, l’a appris à ses dépens. Il est en train de vivre les dures réalités actuelles de l’Africa Sports d’Abidjan. Non seulement les dirigeants ont relégué le versement des 250 000 francs cfa représentant la moitié de sa prime à la signature aux calendes grecques, mais pire, le Béninois est devenu un sans domicile fixe.

Logé d’abord dans un hôtel de passe à Yopougon Selmer qui coûte 7 000 francs cfa par jour, il a été vidé des lieux pour une ardoise de 130 000 francs. En attendant que les dirigeants de son club honorent leur engagement vis-à-vis de l’hôtel, les responsables des lieux ont bloqué ses bagages. Il ne lui reste plus que 3 tee-shirts et 3 culottes comme tenues.

Selon une âme généreuse, un supporter du club qui a volé à son secours et une autre source du club qui confirme l’information, après l’épisode de l’hôtel de passe de Yopougon, Sogbossi Caroff est allé passer 2 semaines à Azaguié, avant de se retrouver dans la Cité de la Cola, à Anyama où il a fait un séjour d’un mois.

Revenu dans la capitale économique ivoirienne, il a été balancé dans un autre hôtel à Niangon jusqu’à ce que les mêmes problèmes d’argent ne ressurgissent.

Finalement, c’est Antoine Bahi, président-délégué de la section football du club qui a trouvé, le week-end dernier, une place dans l’une de ses résidences à Faya, sur la route de Bingerville, pour le caser. Le Béninois y habite avec 3 parents de Bahi Antoine. A en croire notre source, le joueur affecté par sa situation, a présentement le moral en berne. Surtout que sa mère victime d’un AVC au Bénin a besoin de son aide. Mais sans le moindre kopek, Sogbossi dont le pauvre salaire de 300 000 francs cfa a été divisé par 2 vit des moments difficiles. Par la faute de ‘’petits Kakaba’’, comme les appelle Me Roger Ouegnin, le président du Conseil d’administration de l’Asec Mimosas, le club rival qui a mis une distance équivalant à des années-lumière entre lui et l’Africa Sports d’Abidjan devenu le souffre-douleur des clubs ivoiriens.

 

Adolphe Angoua

Sauf autorisation de la rédaction ou partenariat pré-établi, la reprise des articles de linfodrome.com, même partielle, est strictement interdite. Tout contrevenant s’expose à des poursuites.

Adolphe ANGOUA

|

  • SOURCE: Linfodrome

1 | 2

 

Videodrome