Abidjan

Ange Kessi avertit après la bastonnade du footballeur Métoua Marcel : « Ça ira quelque part »

Sport
Publié le Source : Linfodrome
ange-kessi-avertit-apres-la-bastonnade-du-footballeur-metoua-marcel-ca-ira-quelque-part Le Procureur militaire Ange Kessi Kouamé

Quelques jours après la sortie du footballeur Marcel Métoua, qui accuse ouvertement le capitaine de gendarmerie A.R.J. d’avoir orchestré sa bastonnade par des éléments de l’armée, le Procureur militaire, le Contre-Amiral Ange Kessi Kouamé, a fait une sortie pour informer la population qu’elle peut porter plainte contre un militaire devant les institutions de justice.

Le Contre-Amiral Ange Kessi Kouamé a fait, ce mardi 26 janvier 2021, un post sur les réseaux sociaux assimilable à une réponse qu’il donne à Mme Chantal Métoua, l’épouse du footballeur Marcel Métoua bastonné dans la nuit du jeudi 21 au vendredi 22 janvier 2021, par des hommes armés, sur ordre du capitaine de gendarmerie, A.R.J. On se souvient que dans ses explications, Chantal a parlé de la ‘’chérie’’ du capitaine qui les a nargués lorsque des éléments de l’armée sont venus bastonner le footballeur. « La femme du monsieur (la femme du capitaine) dit que son mari est un 10 et qu’ils dinent à Abidjan avec Dominique Ouattara. Il faut te renseigner. Si tu ne connais pas Mme A.R.J., on mange avec Dominique Ouattara. Mon mari est un 10. C’est sur lui je compte à Abidjan ici pour faire palabre ».

Lire aussi cet article : Riviera Faya : Pour une affaire de chien, un footballeur se fait tabasser par un capitaine de l'armée, la gendarmerie prend le dossier en main

Pour Ange Kessi Kouamé, « Un homme, militaire ou non qui porte main à une dame et/ou à son époux et qui prétend dîner avec une personnalité importante est un mythomane, un imposteur ». Et le Contre-Amiral de poursuivre. « J'entends la plupart du temps : « je laisse pour moi à Dieu ». Non, non et non. Ne laissez jamais ces actes impunis sinon vous leur permettez de demeurer dans leurs mauvaises actions ».

Il recommande alors aux victimes de ces actes de porter plainte. « Venez porter votre plainte convenablement devant les institutions de justice, les procédures certes sont longues mais aboutissent toujours », a-t-il assuré, avant de rappeler plusieurs cas. « Souvenons-nous du temps de l'affaire POKOU Laurent, battu par 06 policiers. La procédure dura un an, les responsabilités ont été situées et justice a été dite. Ces policiers ont écopé de de 06 mois de prison ferme après une année de procédure. Souvenons-nous également du temps où des éléments du CECOS ont obligé deux jeunes gens à s'embrasser, la procédure dura 03 années et ses malfaiteurs furent condamnés à 03 ans de prison et radiés des effectifs de l'armée ».

Le Procureur militaire fait remarquer que « L'ignorant ou L'homme imbus de sa personne vous dira : '' ça n'ira nulle part '' ». Mais « Dites-lui que le procureur militaire rassure : '' ÇA IRA QUELQUE PART ''. Qu'il se trompe d'époque », a-t-il écrit, avant faire cette recommandation. « Dénoncez-les et si vous êtes dans vos droits, ils ne pourront rien et la justice sera dite ».

 

Adolphe Angoua

Sauf autorisation de la rédaction ou partenariat pré-établi, la reprise des articles de linfodrome.com, même partielle, est strictement interdite. Tout contrevenant s’expose à des poursuites.