Jeux olympiques Tokyo 2020 : Finale du 200m Ta Lou se donne une nouvelle chance

Publié le Modifié le
jeux-olympiques-tokyo-2020-finale-du-200m-ta-lou-se-donne-une-nouvelle-chance Marie Josée Ta Lou de nouveau face aux redoutables jamaïcaines.
Sport

Marie Josée Ta Lou s’est donné une nouvelle chance de médaille à ces Jeux olympiques de Tokyo. ce lundi, dans l’épreuve des 200 m femmes, elle s’est d’abord qualifiée vient pour la demi- finale, avant de s’offrir une place en finale (22’’11), où seront présentes les redoutables jamaïcaines.

En plus de l’Ivoirienne, deux autres sprinteuses africaines sont ce rendez-vous du demi-tour de piste prévu à 12h50 TU. Il s’agit des prodiges Namibiennes Christine Mboma (21’’97) qui a réalisé le record du monde junior et Beatrice Masilingi (22’’40), deux athlètes hyperandrogènes. En un peu plus de deux mois, Mboma vient de retrancher sept dixièmes de seconde à son meilleur chrono sur 200 m, pour battre une nouvelle fois le record du monde junior mais surtout le record d’Afrique.

La jeune athlète a explosé cette saison pour devenir la 7e meilleure performeuse de tous les temps sur 400 m fin juin. Mais son comité olympique avait annoncé quelques jours plus tard qu’elle ne pourrait pas s’aligner sur la distance aux JO, étant concernée par le règlement sur l’hyperandrogénie. Depuis 2019, les athlètes hyperandrogènes doivent suivre un traitement pour faire baisser leur taux de testostérone pendant six mois consécutifs avant de pouvoir participer à une compétition internationale du 400 m au mile (1.609 m). La Nigérienne Aminatou Seyni, également concernée par le règlement, a en revanche été éliminée, 5e de sa série en 22’’ 54.

Toutes les grandes favorites du 200 m des Jeux Olympiques de Tokyo ont obtenu leur billet lundi pour la finale ce mardi. En effet, les autres finalistes sont les Jamaïcaines Elaine Thompson-Herah (21’’66) et Shelly-Ann Frazer-Pryce (22’’13), la Suissesse Mujinga Kambuji (22’’26), la Bahamienne Shaunae Miller-Uibo (22’’14) et l’Américaine Gabrielle Thomas (22’’01). «Je n’avais jamais couru deux 200 m dans la même journée, après trois tours sur 100 m ça demande beaucoup d’efforts. Je suis contente d’être en finale, je me sens bien donc j’ai hâte. Je suis si fatiguée, avec mes yeux on dirait que quelqu’un m’a frappée. Mais bon, c’est comme ça en championnat», a indiqué Fraser-Pryce. Et Thompson-Herah qui a égalé en demi-finale son record personnel de prévenir : «J’attends encore mieux demain». La fusée Elaine Thompson-Herah, meilleur temps des demi-finales en 21’’66, à 32 centièmes du record du monde (21"34). Déjà médaillée d'or du 100 mètres, la Jamaïcaine s'annonce encore comme la favorite.


A. CAMARA, Envoyé spécial à Tokyo