Côte d'Ivoire

Aveuglé lors des tirs au but, le gardien Komé Prudence dit Caoutchouc parle : « C’est mystique »

Publié le Modifié le
aveugle-lors-des-tirs-au-but-le-gardien-kome-prudence-dit-caoutchouc-parle-c-est-mystique Le gardien Komé Louho Prudence a recouvré la vue et vaque tranquillement à ses occupations à Gobéri (Lakota)
Sport

Komé Louho Prudence dit Caoutchouc, 20 ans, gardien de Gogbalédo a été aveuglé, le samedi 7 mai 2022, lors des tirs au but de la finale perdue contre Goménébéri à Gbagbam (Fresco).

Que s’est-il passé le jour de la finale ?

Le jour de la finale (le samedi 7 mai 2022 : ndlr), nous étions motivés pour gagner le trophée. Mais avant le coup d’envoi, il y a un petit qui venu nous poser cette question : ‘’votre finale que vous êtes venus disputer-là, est-ce que vous avez un deuxième gardien ?’’ Nous nous sommes dit que c’est un enfant, donc on n’a pas considéré ce qu’il a dit. Quand il a fini de parler, il est parti.

La suite ?

Nous sommes entrés sur le terrain et tout se passait bien. Vu mes prouesses, certains spectateurs posaient constamment la question : ‘’votre gardien-là, vous l’avez ‘’enlevé’’ où ?

Certains ont commencé même à menacer. Ils ont dit ce qu’ils voulaient, mais cela ne m’a pas ébranlé et la première mi-temps s’est soldée par un nul vierge (0-0).

Et en deuxième mi-temps ?

En deuxième mi-temps, j’ai entendu les mêmes propos. ‘’Votre gardien-là, il est dangereux’’. Ils continuaient de parler de mes prouesses. Finalement, aucun but n’a été marqué dans ce match.

Les tirs au but…

Pendant les tirs au but, j’ai suivi le tir du premier tireur, tout comme celui du deuxième. Quand le troisième tireur est venu, mes yeux ont commencé à me gratter (démanger : ndlr).

« Quand le dernier tireur est venu, je ne voyais plus rien »

Quand le quatrième tireur est venu, ça n’allait pas. J’ai pris de l’eau et je me suis lavé le visage. Je pensais que le mal allait passer. Quand le dernier tireur est venu, je ne voyais plus rien. Donc je n’ai même pas pu faire quelque chose.

Que s’est-il passé après le match ?

Quand j’ai quitté les buts, mes yeux se sont fermés. Franchement, je ne savais plus ce qui s’est passé. Je me suis retrouvé à l’hôpital de Gbagbam.

De 17 heures jusqu’à 21 heures, je ne voyais rien. C’est aux environs de 22 heures que j’ai recouvré la vue.

Y-a-t-il eu des cérémonies pour que tu recouvres la vue ?

Ce que j’ai appris, on m’a dit que si on ne m’avait pas aveuglé, l’équipe adverse n’aurait pas remporté le trophée.

Et que tant que la délégation de l’équipe adverse ne retournait pas avec le trophée au village, je ne recouvrerais pas la vue.

Avais-tu un problème d’yeux auparavant ?

Non ! Je n’avais aucun problème d’yeux. Je sais que ce qui est arrivé est mystique.

Comment te sens-tu aujourd’hui (vendredi 13 mai 2022) ?

Comme c’est le trophée qu’ils voulaient, ils ont libéré mes yeux maintenant. J’avais des picotements dans les yeux après la finale. Mais depuis hier (jeudi 12 mai 2022 : ndlr) jusqu’à aujourd’hui, ça va mieux.

De quel village viens-tu ?

Moi, je suis de Lakota. Je suis de Goberi. L’équipe de Gogbalédo m’a sollicité. C’est comme ça qu’ils sont venus me chercher ici.

N’ambitionnes-tu pas d’évoluer dans un club à Abidjan ?

C’est mon souhait, mais je n’ai ni moyens, ni relations.

Sauf autorisation de la rédaction ou partenariat pré-établi, la reprise des articles de linfodrome.com, même partielle, est strictement interdite. Tout contrevenant s’expose à des poursuites.