CIV - LESOTHO : Gasset va effectuer des changements pour "créer la concurrence"

Publié le Modifié le
civ-lesotho-gasset-va-effectuer-des-changements-pour-creer-la-concurrence
Sport

Jean-Louis Gasset que les supporteurs ivoiriens surnomment le "Commando 68", a prévu d'aligner face au Lesotho, un onze différent de celui qui a affronté la Zambie la semaine dernière.

Après avoir battu la Zambie 3-1 avec la manière vendredi 3 juin dernier à Yamoussoukro lors de la première journée des Éliminatoires de la CAN 2023, la sélection ivoirienne affronte le Lesotho ce jeudi 9 juin à Soweto (Afrique du Sud) dans le cadre de la deuxième journée. Jean-Louis Gasset, nouveau sélectionneur des Eléphants, effectuera ainsi sa deuxième sortie avec sa nouvelle équipe. 

"L'ambiance est très bonne. On a gagné le premier match dans une ambiance extraordinaire ce qui a donné confiance aux joueurs. On espère que l'on va continuer notre marche en avant", a commenté Gasset dans une vidéo publiée par la Fédération ivoirienne de football (FIF).

Des changements vont être effectués

Arrivée en Afrique du Sud mardi, la Selefanto compte en son sein 22 joueurs après les arrivées de Kossounou Odilon et de Hassan Kamara ainsi que le départ de Diakité Oumar, blessé. Le coach français de 68 ans veut lui effectuer quelques changements par rapport au onze qu'il a aligné contre la Zambie.

"Sur le groupe qui est là, il manque trois ou quatre joueurs majeurs (Maxwel Cornet, Eric Bailly, Franck Kessié, Nicolas Pépé, ndlr) pour différentes raisons mais je vais faire 3 ou 4 changements parce que j'ai envie de voir d'autres joueurs aux mêmes postes pour la concurrence", a déclaré Gasset.

L'ancien entraîneur de Saint-Etienne et de Bordeaux âgé de 68 ans, a été nommé nouveau sélectionneur des Eléphants par le Président de la FIF Idriss Diallo qui souhaitait engager un "entraîneur expérimenté" à qui il a assigné une mission "commando", celle de "remporter la CAN 2023". Gasset a ainsi hérité du surnom "Commando 68". 

"Je n'ai jamais fait la CAN et je me disais que si j'avais l'opportunité, je le ferais..."

"C'est sûr que la pression sera là parce qu'il y a une attente du pays mais je pense quand même que c'est un avantage parce qu'on a des supporters formidables et que les joueurs arrivent à se transcender dans nos stades", a affirmé le Montpellier. Et à la qu'est de savoir s'il a les moyens de tirer la Délégation vers le haut, Gasset s'est montré optimiste.

"Bien sûr, sinon je ne serais pas là. Dans ma carrière, je n'ai jamais fait la CAN et je me disais que si j'avais l'opportunité, je le ferais avec une bonne équipe et c'est une bonne équipe", a-t-il conclu.