Maracana : Bleu Charlemagne fait une leçon à Morrison et dit "attendre" sa visite

Publié le
maracana-bleu-charlemagne-fait-une-lecon-a-morrison-et-dit-attendre-sa-visite
Sport

Le président de la Fédération ivoirienne de maracana (Fimada) Bleu Charlemagne, a rappelé à l'ordre Jonathan Morrison dont la tenue prochaine de son tournoi de maracana fait l'objet d'une vive polémique.

Bleu Charlemagne reproche à Jonathan Morrison de ne pas l'avoir informé de la tenue de son tournoi dénommé "Tchin-techin 2022". Le président de la Fimada aurait simplement voulu que le  jeune entrepreneur passe par la procédure normale pour éviter une forfaiture.

Ce que dit la loi sur le sport

En effet, la loi No 2014-856 du 22 décembre 2014 sur le Sport en Côte d'Ivoire stipule dans son Article 94 que les Fédérations sportives agréées, sous réserve des dispositions de l'article 42 de la présente loi, sont seules autorisées à organiser des compétitions ou manifestations sportives. Toutefois, toute fédération peut déléguer à une ligue sportive qu'elle crée à cet effet, l'organisation, la gestion et la coordination de compétitions et manifestations sportives.

Quant à l'Article 95, il stipule que toute personne physique ou morale de droit privé, autre que les fédérations sportives, qui envisage d'organiser une manifestation ouvertes aux sportifs licenciés d'une discipline qui a fait l'objet d'une délégation de pouvoir conformément à l'article 25 de la présente loi et donnant lieu à l'octroi d'un titre sous quelque forme que ce soit, doit obtenir l'autorisation de la fédération concernée. Cette loi, Bleu Charlemagne veut la faire connaître à l'opinion publique.

"Les lois sont faites pour être non seulement respectées et l'esprit de loi c'est de garantir la sécurité le bien-être des populations. Le président et l'assemblée nationale ont bien fait de prendre des lois pour régir notre secteur et nos activités nationales. En matière de sport, ce n'est pas un No man's land. Nous avons des fédérations qui sont constituées et qui administrent les discipline comme elles peuvent (...) Je suis étonné que des gens aillent dans tous les sens sur la toile parce que nous avons demandé à savoir ce qui se passe à ce niveau", a-t-il expliqué à "Vérité des Sports" sur Radio Côte d'Ivoire.

"Aucun président ne peut refuser un tel projet"

Selon Bleu Charlemagne, Morrison n'a pas daigné le consulter avant le lancement de son tournoi alors qu'il y a plusieurs mois, un proche l'avait conseillé de le consulter et de solliciter l'expertise de la fédération. Il fait ainsi une leçon au jeune homme qui avait répondu au communiqué tantôt produit par la Fimada pour le rappeler à l'ordre.

"Nous sommes dans un pays réglementé et il y a une tutelle. On ne sait pas qui garantit quoi. Notre mutisme serait une complicité coupable s'il y avait une forfaiture. Un ami depuis Conakry m'a appelé et m'a dit qu'il y a un jeune du nom de Morrison l'un de ses poulains, à qui il a recommandé de venir de voir quand il l'a informé de son projet d'organiser son tournoi à l'échelle national. Il m'a supplié de l'aider et de l'accompagner notamment au plan technique et administratif. Depuis mars, j'attends ce jeune homme que je ne connais ni d'Adam ni d'Eve mais ce sont ses parutions qui me reviennent (...) Aucun président (de fédération) ne peut refuser un tel projet qui est important au plan national de la promotion et de l'encadrement de nos jeunes pendant les vacances". J'ai pris ce communiqué pour attirer l'attention des opérateurs économiques pour dire que la fédération n'est ni mêlée à cette aventure. Je prendrai mes responsabilités si cela pouvait constituer une forfaiture".

Bleu Charlemagne n'est pas contre la tenue d'un quelconque tournoi de Maracana. Seulement, il veut être rassuré quant à "la garantie, la sécurisation et les assurances". Par conséquent, il attend de Morrison qu'il vienne le voir pour lui présenter son projet et obtenir officiellement.