Abidjan

Didier Drogba fait des confidences : « Comment je suis devenu ‘’Gbagbadai’’ »

Publié le Modifié le
didier-drogba-fait-des-confidences-comment-je-suis-devenu-gbagbadai Didier Drogba lors de son arrivée au Centre Pilote de Port Bouet
Sport

En campagne contre les risques d’une émigration mal préparée des jeunes footballeurs, Didier Drogba a dit comment il est devenu le redoutable attaquant baptisé ‘’Gbagbadai’’, ‘’le tonnerre gronde’’, en langue locale.

L’ancien capitaine et buteur des Eléphants de Côte d’Ivoire, Didier Drogba, a levé un coin du voile sur ses performances en attaque. Il a fait cette confidence, le mercredi 5 octobre 2022, au Centre Pilote de Port Bouet où il était en « Campagne contre les risques d’une émigration mal préparée » des jeunes footballeurs.

Des anciens internationaux aux côtés de Didier Drogba

A l’occasion, il était accompagné du président de la FIFpro Afrique, Jérémie Njitap et de Frédéric Lapeyre, directeur du Bureau pays de l’Organisation Internationale du Travail (OIT) pour la Côte d’Ivoire, le Bénin, le Burkina Faso, le Mali, le Niger et le Togo ainsi que des anciens internationaux Didier Otokoré, Ghislain Akassou et Zoro Marc.

A un individu qui lui demandait publiquement comment il est devenu le redoutable tonnerre qui gronde dans les surfaces de réparations adverses, Drogba a laissé entendre qu’il s’est inspiré de ses devancier.

« J’ai regardé les vidéos de Aboulaye Traoré, Didier Otokoré, Ahmed Ouattara et tous ces anciens attaquants. Quand j’ai commencé à jouer en équipe nationale, je me suis dit : moi, je n’ai jamais joué en équipe nationale, je n’ai jamais joué ici au pays. Ça ne va pas être facile pour moi. Donc si je veux réussir, je dois copier ceux qui ont réussi avant moi », a-t-il confié.

Et l’ancien attaquant des Eléphants d’insister. « Les Laurent Pokou, Abdoulaye Traoré, Didier Otokoré. Tous les attaquants qui ont joué avant moi, j’ai pris un peu, un peu de chacun et puis j’ai fait ce qu’on appelle ‘’Gbagbadai’’ », a-t-il révélé.

Concernant la « Campagne contre les risques d’une émigration mal préparée »,  objet de sa présence au Centre pilote de Port Bouet, Drogba a fait savoir qu’au moment où il courait encore sur les stades, il a rencontré des jeunes footballeurs en difficulté dans certains pays.

« On est allé jouer avec l’équipe nationale en Turquie, en Tunisie et même au Japon. On a rencontré des Ivoiriens, des compatriotes, mais aussi de jeunes africains qui étaient perdus et livrés à eux-mêmes. Cela fait vraiment mal au cœur. Mieux vaut prévenir que guérir. C’est pour éviter de se retrouver dans ces situations que nous sommes là aujourd’hui », a-t-il souligné.

« Je peux d’ores et déjà vous dire, et ce n’est pas pour casser vos rêves, dans toute cette rangée, il y en a peut-être 5 qui deviendront professionnels »

Aux nombreux jeunes qui rêvent d’embrasser plus tard une carrière professionnelle, il leur a donné de sages conseils. Vous êtes nombreux ici aujourd’hui. Je peux d’ores et déjà vous dire, et ce n’est pas pour casser vos rêves, dans toute cette rangée, il y en a peut-être 5 qui deviendront professionnels. Sur les 5, il y en a peut-être un qui arrivera au très haut niveau. Mais et les autres ? », s’est-il interrogé.

Et Drogba de poursuivre : « C’est normal que vous rêviez. Les enfants rêvent de devenir comme moi et mieux. Je les encourage. Mais je leur dis, attention, ce n’est pas tout le monde qui devient Zinedine Zidane. Ce n’est pas tout le monde, parce qu’il a envie de jouer, qui devient célèbre, gagne beaucoup d’argent. Non ! ».

Pour éviter de se retrouver dans des situations sans compliquées, Didier Drogba a fait un petit livre, une bande dessinée où « Tous les conseils sont à l’intérieur ».

Sauf autorisation de la rédaction ou partenariat pré-établi, la reprise des articles de linfodrome.com, même partielle, est strictement interdite. Tout contrevenant s’expose à des poursuites.