Eléphants

Après la CAN 2012: Polémique autour de Zahoui François

Sport
Publié le Source : Linfodrome
apres-la-can-2012-polemique-autour-de-zahoui-francois François Zahoui fait actuellement l’objet de toutes sortes de critiques

La déception après la défaite des Eléphants en finale de la CAN 2012 a laissé depuis peu place à la polémique autour de l'encadrement technique.

Des sources évoquent le désir de certains joueurs de ne plus voir Zahoui François, le coach, sur le banc des pachydermes ivoiriens. Ces joueurs, dit-on, seraient en colère contre les choix du sélectionneur ou à tout le moins l'utilisation que celui-ci aurait fait de leur talent. On cite Touré Yaya Gnégnéri et Kader Kéita au nombre de ces mécontents. Le premier cité aurait, dit-on, décidé de tout arrêter pour se consacrer à son club Manchester City.

Le second a la certitude que François Zahoui ne veut pas de lui en sélection. Si l'amertume des uns et des autres semble légitime si telle était leur volonté de 'mourir' pour le pays, est-ce une raison suffisante pour mettre Zahoui au bûcher? Doit-on le brûler pour n'avoir pas classé certains joueurs pour la finale contre la Zambie ou d'avoir fait sortir d'autres avant le coup de sifflet final lors de cette même finale? Zahoui s'est-il rendu coupable de quelques péchés impardonnables lors de cette finale ? Quelle est sa part de responsabilité dans la défaite des Eléphants? Est-elle suffisante pour qu'on le remercie ici et maintenant? S'il revient au président de la FIF de décider en dernier ressort du maintien ou non du sélectionneur national, il convient de ne pas se laisser prendre au piège des humeurs de certains au point de s'installer dans la polémique.

Zahoui a certes perdu la finale, mais il reste le seul sélectionneur à n'avoir pas encaissé de but au cours du tournoi en dehors des tirs au but. Il est le seul à n'avoir concédé aucune défaite. C'est un exploit. Tous ceux qui s'écarquillent à disséquer le jeu des Eléphants pour déduire après coup qu'ils n'ont pas pratiqué le meilleur football étaient ceux-là mêmes qui louaient l'efficacité des pachydermes ivoiriens avec un parcours sans but et sans défaite. Ils étaient à ce moment séduits par le réalisme de Zahoui, qui a consisté à privilégier la victoire sans forcément miser sur la qualité du jeu. Aujourd’hui, ils descendent Zahoui en flamme. Ils ne sont pas à leur première contradiction.

Car ce sont les mêmes qui, à la nomination de Zahoui, ont trouvé l'habit de sélectionneur des Eléphants trop lourd pour lui. Pour ensuite louer son courage et sa force de caractère quand il a jeté de jeunes joueurs dans le bain et prôné la rigueur et le mérite. Quand il a terminé les éliminatoires de la CAN 2012 sans la moindre défaite, ces détracteurs n'ont pas fait cas de l'utilisation de tel ou tel joueur comme ils ne pouvaient pas tancer Zahoui pour qui plaide le brillant parcours des pachydermes lors de ces éliminatoires. Il a fallu que la Côte d'Ivoire perde la finale du tournoi dans les conditions que tout le monde sait pour qu'ils sortent l'épée contre lui. Zahoui est loin d'être celui qui doit payer pour cette finale perdue. Il a fait ce qu'il pouvait. Et on est même étonné qu’on ne sorte pas le sabre contre le président de la FIF.

Il y a mille raisons d’accuser Sidy Diallo d’avoir mis une énorme pression sur les joueurs en jouant continuellement le gendarme alors que ceux-ci avaient besoin de se décontracter avant cette finale. L’isolement total dont ils ont été victimes n’était pas la meilleure façon de les préserver de la défaite. Même si le travail effectué par Zahoui lors de cette CAN n’a pas été parfait, cela justifie-t-il tant de volées de bois vert à son endroit comme on en voit maintenant ? Les joueurs eux-mêmes n’ont-ils pas une plus grande responsabilité en tant qu’acteurs primordiaux dans cette débâcle ?

Litié BOAGNON

Litié Boagnon
Voir ses articles