Séminaire de formation sur la direction et la gestion d'une fédération

«Le Comité olympique veut aider les Fédérations à se développer»

Sport
Publié le Source : L'inter
le-comite-olympique-veut-aider-les-federations-a-se-developper Kouakou Lucien a expliqué l'importance pour les dirigeants sportifs à être formés à la gestion d'une fédération

Le Comité national olympique de Côte d'Ivoire (CNO-CIV) a organisé les 23 et 24 février 2012, un séminaire de formation des cadres des fédérations et du ministère des Sports sur la direction et la gestion d'une fédération. Secrétaire général du CNO-CIV, Kouakou Lucien explique les motivations de cette formation, dans cet entretien.

Cela va faire quelques jours que vous avez une formation au sein de votre administration, pourquoi cette formation? Kouakou Lucien : Nous sommes au deuxième jour de cette formation (Ndlr 24/02/2012). C'est un programme de la Solidarité olympique qui s'inscrit dans le cadre du développement du sport national.

Et ce stage est fait à l'endroit de ceux qui dirigent nos fédérations nationales. Donc, c'est un cours qui est constitué de plusieurs modules. Ces deux premiers jours constituent le premier module. Nous en avons quatre comme ça, pour essayer de donner un contenu important et varié à nos dirigeants sportifs, pour les aider à cerner ce que c'est que la direction et la gestion d'une fédération. Ce premier module que nous avons commencé va permettre de donner les éléments basiques de l'olympisme. Cela paraît banal de parler d'olympisme, mais c'est une chose suffisamment importante.

L'esprit même de l'olympisme qui veut que l'on recherche la paix à travers l'olympisme, que l'on recherche à vivre avec celui qui est en face de nous, qu'il soit bleu, blanc, qu'il soit chrétien ou animiste, et qu'on ne fasse pas de différence entre les hommes. Donc, l'objectif c'est justement de l'olympisme. On commence par ça, mais à l'intérieur, il va y avoir des modules qui vont instruire sur le marketing, comment gérer une fédération, comment écrire une lettre, etc. Il y a toute une panoplie d'éléments qui sont justement à l'intérieur de ce stage.

Pourquoi des agents du ministère des Sports participent-ils ce stage ? Parce que nos fédérations font l'objet d'attention du comité national olympique, mais beaucoup plus d'attention du ministère des Sports, parce que le ministère des Sports est l'organisme qui permet l'existence et qui aide aujourd'hui, à travers ce qu'on appelle aujourd'hui la parafiscalité, les fédérations à évoluer. Mais le CNO dont l'objectif est d'aider au développement du sport national, demande qu'on se mette ensemble sur le processus d'aide au développement de notre pays.

Donc, nous avons invité le ministère des Sports pour que justement, il sache ce que nous faisons, et qu'on se mette d 'accord sur comment aider les fédérations à réellement se développer. Durant ces deux jours de formation, comment les participants ont-ils réagi ? Positivement, parce qu'on apprend toujours, on a le niveau. Cette formation vient à point nommé parce que vous savez que chez nous, les choses changent souvent. Il y a beaucoup d'élection, beaucoup de changement à la tête des fédérations. Et qu'aussi, on n'est pas président parce qu'on connaît forcément la chose olympique, la chose sportive. Donc pour tous, c'est important. Comme je l'ai dit au départ, c'est un stage pour échanger. Il y a certains qui ont plus d'expérience, et d'autres qui n'en ont pratiquement pas. On échange.

Vous avez suivi l'intervention des uns et des autres, il y a beaucoup plus d'intervention. Donc les gens sont très intéressés. C'est un stage qui est très apprécié par les participants. Toutes les fédérations sont-elles présentes ? Nous en avons une quarantaine. Toutes les fédérations ne sont pas là. Mais il y a au moins vingt fédérations, puisque nous avons invité deux personnes par fédération. Avez-vous un mot particulier à l'endroit des fédérations sur cette formation qui vient de commencer ? Oui bien sûr. J'espère que ce même collectif que nous avons, pourra participer aux autres modules.

Parce que comme je le disais, on ne peut pas le faire, étant entendu que chacun est occupé à faire autre chose. Ce n'est qu'un engagement volontaire pour le sport. On ne peut pas bloquer toute une semaine pour faire ce stage. On a réussi à bloquer deux jours, mais on ne peut pas faire plus, on le fait à notre rythme. Donc, notre espoir, c'est que les fédérations acceptent de nous ramener ces mêmes personnes pour que une fois que les modules sont finis, les mêmes personnes aient commencé au début, pour finir la totalité du contenu de l'enseignement. Propos recueillis par

A.CAMARA