Lutte contre la covid 19 : Une contribution des chercheurs ivoiriens conditionnée par un financement de l'État

Publié le
lutte-contre-la-covid-19-une-contribution-des-chercheurs-ivoiriens-conditionnee-par-un-financement-de-l-etat Selon les acteurs concernés, la Côte d'Ivoire gagnerait à mieux financer la recherche et l'innovation pour le bien-être des populations.
Sujet du jour

Ce ne sont pas les ressources humaines qui manquent mais les moyens. La contribution des chercheurs ivoiriens dans la lutte mondiale contre la covid 19 pour freiner la pandémie est conditionnée par un financement de l'État de Côte d'Ivoire. Pour leur part, certains chercheurs fondent beaucoup d'espoir sur le Fonds pour la science, la technologie et l'innovation (Fonsti). Du moins c'est ce qui ressort au premier plan du sujet traité que Linfodrome propose dans le cadre de sa rubrique quotidienne dénommée "Sujet du jour", ce mercredi 24 novembre 2021.

Selon des chercheurs et chercheuses en Côte d'Ivoire, il peuvent participer à l'effort commun de lutte contre la covid 19 mais n'ont pas assez d'appui, d'infrastructures, de matériels et surtout de moyens financiers pour accentuer la recherche ou même penser à quelques manières que ce soit de produire un vaccin contre le coronavirus. 

Graves confidences

Rencontrée ce mardi 23 novembre 2021 à Abidjan, Pr. Ngazoa Kakou Solange, chercheur à l'Institut Pasteur en Côte d'Ivoire, a souligné la volonté des chercheurs ivoiriens à s'engager efficacement dans la lutte contre la covid 19, à faire de la recherche, à identifier les variants du coronavirus en Côte d'Ivoire, à accentuer la surveillance épidémiologique et à mettre en place des outils et des applications pour renforcer les mesures sanitaires. 

Mais, a-t-elle martelé, la recherche coûte chère et l'État ivoirien dédie à peine 1% du Pib au financement de la recherche. Pis, selon la chercheuse, il n'y a pas de fonds consacré uniquement à la riposte contre les pandémies en Côte d'Ivoire. "Pour faire de la recherche, il faut des milliards. (D'ailleurs, ndlr) il y a pénuries de scientifiques et d'ingénieurs", a fait savoir Pr. Ngazoa Kakou Solange.

Elle a confié qu'en Côte d'Ivoire, le pays ne sait pas encore combien de personnes un malade de la covid 19 peut infecter (taux de transmission), ni quels sont les variants du coronavirus présents sur le sol ivoirien. "Nous n'avons financé aucune production de vaccin et nous n'achetons aucun vaccin", a précisé la chercheuse.

La covid 19 et les abidjanais

Du côté de l'Université Félix Houphouët-Boigny (Ufhb) de Cocody, des chercheurs, notamment Pr. Yoro Blé Marcel et Sonan Kacou, ont réalisé une étude financée par le Pasres sur l'"Approche socio-anthropologique des connaissances, attitudes et comportements des abidjanais face au coronavirus". Cette étude a eu lieu dans le district d'Abidjan à Abobo, Yopougon, Cocody et Treichville. 

L'objet était de fournir des éléments objectifs pour une stratégie efficace de lutte contre la covid 19 en Côte d'Ivoire. L'enquête sur l'aspect social et culturel de la covid 19 a montré plusieurs acquis et de nombreuses insuffisances, dont la non-application stricte des mesures barrières contre le coronavirus, des mesures qui marquent une rupture culturelle ancrée dans les habitudes. 

Pr. Yoro Blé Marcel a indiqué que le plus gros problème est que 95% des personnes interrogées méconnaissent la forme asymptomatique de la covid 19. C'est là que se situe un souci majeur dans la lutte contre la propagation du virus. L'étude a noté que 53% des personnes, 18-49 ans, "pensent ne jamais tomber malade de la covid 19". 

Dans son plaidoyer, le socio-anthropologue a clairement pointé du doigt l'enjeu de la lutte contre la covid 19 qui réside "dans la connaissance généralisée de la forme asymptomatique de la maladie". Sur la question, l'Organisation mondiale de la santé a annoncé que "80% des cas en Afrique sont asymptomatiques". Pr. Yoro Blé Marcel a recommandé au gouvernement du Premier ministre Patrick Achi de faire plus de sensibilisation et de mieux communiquer autour de la Côte d'Ivoire.

Défis scientifiques et technologiques

En ce qui la concerne, Pr. Ngazoa Kakou Solange s'est par ailleurs prononcée sur les défis scientifiques et technologiques de la covid 19 en Côte d'Ivoire. Pour l'essentiel, la chercheuse a démontré que la Côte d'Ivoire est en retard en termes de nombre de personnes vaccinées contre la covid 19 et de respect des mesures barrières. Auparavant, elle a tenu ce propos qui interpelle : "la pandémie de la covid 19 est un film de science-fiction". Pour la chercheuse, il y a encore bien des zones d'ombre sur les origines et la propagation mondiale de la covid 19.

Elle a aussi évoqué de façon générale les défis scientifiques et technologiques de la covid 19 en Afrique. Elle a révélé que l'Afrique n'a pas de vrais chiffres sur la pandémie mais estime à environ 8,3 millions le nombre de cas confirmés de covid 19. "Nous n'avons pas été à la hauteur de quelque chose. Nous sommes noyés dans le variant Detlta", a regretté Pr. Ngazoa Kakou Solange. Elle a pointé du doigt le fait que dans les pays africains, seulement 10% des cas confirmés de covid 19 sont destinés à la recherche. 

Au total, des chercheurs ivoiriens sont déterminés mais limités dans leurs moyens d'action. 

Manque de leadership scientifique

De l'Institut Pasteur de Côte d'Ivoire à l'Université Félix Houphouët-Boigny, en passant par le Fonds pour la science, la technologie et l'innovation tous sont unanimes. Il y a "un manque de leadership scientifique en Côte d'Ivoire". Pr. Ngazoa Kakou Solange a fait remarquer ce fait mis en lumière une nouvelle fois avec la survenue de la covid 19. La chercheuse à l'Institut Pasteur de Côte d'Ivoire a décrié un manque d'initiative personnelle et de collaboration franche entre les scientifiques ivoiriens. "C'est le ministre qui gère la covid 19 (en Côte d'Ivoire, alors qu'ailleurs ce sont des scientifiques, ndlr)", a-t-elle attiré l'attention.

Le Fonsti, une lueur d'espoir

Créé par l'ordonnance N°2018-593 du 27 juin 2018, le Fonsti est un fonds de soutien à la recherche et à l'innovation, destiné au financement de projets de recherche scientifique et d'innovation de haute qualité susceptibles d'avoir un impact bénéfique sur le développement socio-économique et culturel de la Côte d'Ivoire. Depuis sa création, le Fonsti est engagé pour une économie ivoirienne basée sur la recherche, l'innovation et les énergies renouvelables.

Dans ce cadre, le Fonsti a initié une rencontre avec des acteurs scientifiques, la société civile et la presse dénommée "Les petits déjeuners de l'innovation". La dernière rencontre a eu lieu ce mardi 23 novembre 2021 à l'hôtel Azalaï d'Abidjan Marcory. 

L'événement s'est tenu autour du thème central : "Contributions des chercheurs ivoiriens dans la lutte contre la covid 19". À l'occasion, le secrétaire général du Fonsti, Sangaré Yaya, a déclaré en substance : "Il est important de continuer à mobiliser et la communauté scientifique et la société civile. Il est important que nous commencions à préparer la relève scientifique. Les jeunes ont besoin de modèles (qui se battent pour apporter la contribution de la Côte d'Ivoire dans la lutte mondiale contre la covid 19, ndlr)".

Eddy BIBI