Politique nationale

Tribune de l'ONU : L'essentiel du discours prononcé par Alassane Ouattara devant le monde entier

Publié le Modifié le
tribune-de-l-onu-l-essentiel-du-discours-prononce-par-alassane-ouattara-devant-le-monde-entier
Sujet du jour

Le président de la République Alassane Ouattara a prononcé un discours à la tribune de l'ONU à New York le 21 septembre2022. Voici l'essentiel à retenir.

Dans un premier temps, il faut savoir que le président ivoirien a, une fois de plus, appelé à la libération des soldats ivoiriens encore en détention au Mali.

Alassane Ouattara continue de réclamer la libération sans délai de ses soldats en détention au Mali

"Les opérations de maintien de la paix des Nations Unies représentent la manifestation tangible de notre action collective au service de la paix dans les pays victimes de conflits. La Côte d’Ivoire, qui a abrité l’une des plus importantes opérations de maintien de la paix des Nations Unies en Afrique, mesure à sa juste valeur le sacrifice consenti par les pays contributeurs de troupes, afin de permettre le retour de la paix et de faciliter la reconstruction post-conflit. C’est fort du succès de l’Opération des Nations Unies en Côte d’Ivoire (ONUCI) et de notre foi aux valeurs de la Charte des Nations Unies, que mon pays a décidé de participer activement aux opérations de paix des Nations Unies, comme je l’ai déclaré devant le Conseil de sécurité, en décembre 2018.

Je m’incline devant la mémoire des soldats Ivoiriens morts pour servir la cause de la paix dans le pays frère du Mali

Je me réjouis à cet égard de la participation de la Côte d’Ivoire à la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la Stabilisation au Mali (MINUSMA) et à la Mission des Nations Unies en République Centrafricaine (MINURCA). Je salue le professionnalisme des contingents Ivoiriens déployés dans ces opérations. Je m’incline devant la mémoire des soldats Ivoiriens morts pour servir la cause de la paix dans le pays frère du Mali, qui a résolument besoin de l’engagement de tous à ses côtés dans sa lutte contre les groupes terroristes armés. Malheureusement, dans ce contexte de lutte contre le terrorisme, quarante-six (46) soldats ivoiriens, déployés en qualité de 8eme détachement de l’Élément de soutien national (NSE) au sein de la MINUSMA au Mali, y sont injustement détenus depuis le 10 juillet 2022.

Ouattara appelle à une mise en œuvre efficiente du chronogramme de la transition au Mali

J’appelle à nouveau à leur libération, sans délai. Mon pays encourage les autorités maliennes à concentrer leurs efforts sur la lutte contre le terrorisme et à mettre en œuvre, de façon résolue, les différentes étapes du chronogramme de la transition ainsi que les réformes politiques et institutionnelles en vue des élections présidentielles prévues en février 2024, pour le bien-être du peuple malien" à déclaré Alassane Ouattara.

Durant son discours, le président ivoirien a dénoncer le fait que le terrorisme continue de représenter une menace majeure contre la paix et la sécurité internationale, et un immense défi qu’aucun pays n’est encore parvenu à relever seul. "C’est pourquoi, nous devons renforcer nos instruments collectifs de lutte contre ce fléau, et faire preuve de solidarité et de détermination. A cet égard, mon pays salue l’action déterminante de la France et de ses partenaires Européens au Sahel, et réitère son appel en faveur d’une plus grande implication des autres grandes puissances dans la lutte contre le terrorisme au Sahel et dans le golfe de Guinée, en soutien aux armées nationales, à la Communauté Économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) et à l’Initiative d’Accra" a-t-il ajouté. 

Lutte contre le terrorisme, Ouattara "vend" l'académie anti-terrorisme de Jacqueville

Afin de contribuer à cet effort collectif, révélé t-il, la Côte d’Ivoire met à la disposition des pays Africains, l’Académie Internationale de Lutte contre le Terrorisme, structure basée dans la ville balnéaire de Jacqueville, qui forme à tous les métiers civils et militaires de la lutte contre le terrorisme.

Ouattara se prononce sur la guerre russo-ukrainienne et fait des propositions

En outre, le président Ouattara a plaidé pour un appui des pays développement aux pays africains qui, selon lui, sont les plus exposés aux effets néfastes de la guerre entre la Russie et l'Ukraine. "Cette guerre a de sérieuses conséquences économiques, financières et sociales sur les pays africains. En effet, la hausse du prix du pétrole et les difficultés d’approvisionnement des marchés en céréales et en engrais ont entrainé une inflation généralisée, une hausse des taux d’intérêts sur les marchés internationaux et un ralentissement de la croissance mondiale. Ainsi, pour plusieurs pays africains, ce conflit se traduit par une difficulté à financer leurs économies et une augmentation des prix des produits de première nécessité et des cas de famine, en raison de leur dépendance aux céréales et aux engrais en provenance d’Ukraine et de Russie" à révélé le chef de l'exécutif ivoirien.

Les regrets du président ivoirien

A l'en croire, cette situation a conduit le gouvernement ivoirien à subventionner les prix des produits pétroliers et le blé et à plafonner temporairement les prix de plusieurs produits alimentaires de grande consommation en vue de soutenir les ménages, notamment les plus défavorisés. "Je salue la signature, à Istanbul, le 22 juillet 2022, sous l’égide des Nations Unies et de la Turquie, de l’Accord sur la sortie du blé ukrainien. Nous regrettons cependant que seulement 17% du blé exporté d’Ukraine depuis cette date ait été réservé aux pays Africains. (...) Par ailleurs, nous lançons un appel pressant aux institutions financières internationales et aux partenaires au développement de l’Afrique, en vue de mobiliser les ressources nécessaires pour soutenir les pays les plus fragiles afin de faire face aux effets multiformes du conflit en Ukraine" à ajouté Alassane Ouattara.

Le retour des réfugiés, la réforme de l'ONU ont été abordées 

Les autres points de son intervention ont tourné autour de la question des réfugiés ivoiriens dont le statut à pris fin le 30 juin 2022. A ce jour, plusieurs milliers d'Ivoiriens qui vivaient en exil dans les pays de la sous-région, notamment le Ghana, le Togo, le Liberia, le Mali, le Burkina Faso, etc. ont regagné la Côte d’Ivoire. Alassane Ouattara a par ailleurs appelé à une réforme en profondeur du Conseil de Sécurité de l'ONU.