Pacification du Mali: 170 soldats ivoiriens prêts pour sécuriser Tombouctou

Les conseils du ministre de la Défense
27/09/2013
Le ministre auprès du président de la République en charge de la Défense, Paul Koffi Koffi.
Ils sont 170 éléments des Forces républicaines de Côte d'Ivoire (Frci) à avoir été formés par la force Licorne à Abidjan.

Le mercredi 25 septembre 2013 à la base de la force Licorne à Port-Bouët, ils ont été présentés aux autorités militaires avec à leur tête, le ministre auprès du président de la République en charge de la Défense, Paul Koffi Koffi.

Leur mission : « armer la compagnie de protection de la Mission des Nations unies pour la stabilisation au Mali (Minusma) », a informé le Lieutenant-colonel, Remi Bouzereau, le commandant de la Licorne. Cette mission, a-t-il précisé, sera déployée fin 2013 à Tombouctou au Mali.

Il a indiqué que c'est un détachement de près de 150 militaires français de la Force Licorne qui a formé les éléments des Frci, ajoutant qu'ils ont été placés dans un contexte proche de celui du théâtre malien. « Ainsi, en 6 semaines, une compagnie Frci amalgamant des unités issues du 2ème Bataillon d'Infanterie de Daloa, du 1er Bataillon de Commandos parachutistes et du Bataillon blindéd'Akouédo, aura pu être formée par Licorne à Port-Bouët, où les militaires français ont réalisé la réplique d'un camp de l'Onu ressemblant à celui que leurs camarades Ivoiriens vont avoir à défendre à partir de fin 2013 à Tombouctou », a dit le Lieutenant-colonel, Remi Bouzereau.

L'officier français a fait savoir qu'«une instruction très réaliste a pu être menée dans ce cadre, permettant aux soldats ivoiriens de se former rapidement tant aux savoir-faire tactiques et techniques d'une unité de protection qu'au savoir être propre à une troupe professionnelle ».

Selon lui, un accent particulier a été mis notamment sur le droit international humanitaire grâce à l'investissement de l'Opération des Nations unies en Côte d'Ivoire (Onuci). Il a précisé que plus de 60 détachements d'instruction opérationnelle ou technique, ont été dispensés par la force Licorne depuis début 2013, dans des domaines aussi variés que le tir, le secourisme, les missions communes de l'armée de terre, l'organisation du commandement, le combat fluvial, l'armement, la topographie ou la maintenance... Le chef de la Licorne a déclaré qu'il ne doute pas que les soldats ivoiriens formés, puissent faire face aux « nombreux défis » qui les attendent au Mali.

Le ministre Paul Koffi Koffi a apprécié la scène faite par les éléments des Frci formés. Il leur a souhaité, ainsi qu'à leur commandant de compagnie, Hubert Kakou, une bonne mission. Le collaborateur du chef de l'Etat ivorien les a exhortés à respecter les coutumes, les lois, les autorités et les populations maliennes.

Paul Koffi Koffi leur a demandé de hisser haut le drapeau ivoirien. Il a martelé qu'il ne veut pas entendre dire que les soldats ivoiriens ont commis des actes répréhensibles au Mali. Le ministre en charge de la Défense a fait du Lieutenant-colonel, Remi Bouzereau et d'un autre officier de Licorne, Chevalier de l'ordre national. Deux autres éléments de Licorne ont été faits Chevalier de l'ordre du mérite ivoirien par le général Touré Sékou. Il est le Chef d'Etat-major général (Cemg) adjoint des Frci chargé des opérations.

Avant les discours, les invités ont eu droit à une simulation. Ils ont pu apprécier comment les éléments formés procèdent aux contrôles des véhicules et comment ils confectionnent les sacs de combat. Il y a eu des situations où, envahis par des activistes, les militaires ont reculé d'un pas pour laisser place à une section de contrôle de foule. Cette section, avec sang-froid, a pu repousser les manifestants. Mais, un soldat a été blessé par balle.

Et l'infirmerie est entrée en action pour donner les premiers soins... Tout ça, ce fut une situation de simulation. Il reste à appliquer ces instructions une fois sur le terrain à Tombouctou, loin d'Abidjan !

Sauf autorisation de la rédaction ou partenariat pré-établi, la reprise des articles de linfodrome.com, même partielle, est strictement interdite. Tout contrevenant s’expose à des poursuites

SYLLA Arouna

|

  • SOURCE: Soir info

1 | 2

Videodrome