Ce qui se préparait contre le régime Ouattara

Tout sur l'opération qui a été déjouée
05/07/2012
Les dignitaires de l'ancien régime et des militaires pro-Gbagbo en exil rêvent de renverser le régime Ouattara. C'est du reste ce que confirment les informations en possession du confrère Jeune Afrique, qui en parle dans sa dernière édition de ce début du mois.

Selon le confrère, les complots que le régime Ouattara annonce avoir déjoués, à grand renfort de publicité, ne sont pas le résultat d'une paranoïa. Ces velléités de coups d'Etat sont avérées. Le confrère estime que l'authenticité des documents en sa possession et qui font état de coup en préparation « ne fait aucun doute ».

Le dernier complot en date, est celui baptisé « opération faucon rouge ». Au moment de déclencher ce énième complot, plusieurs fronts devraient être ouverts simultanément à la frontière ghanéenne, libérienne et à l'intérieur du pays. Commis à l'exécution de la mission : des chiens de guerre libériens, des démobilisés des Forces républicains de Côte d'Ivoire (Frci) et des ex-Forces de défense et de sécurité en exil.

Des noms de célèbres officiers proches de l'ancien régime, régulièrement cités, reviennent dans cet autre projet de déstabilisation : le commandant Jean-Nöel Abéhi, le capitaine Zadi (qui dirigea le blocus du Golf Hôtel pendant la crise postélectorale), les colonels Gouanou et Dadi Tohourou, les commissaires Loba, Gnahoua et Djédjé Gbagro. Tous ces officiers ont été balancés par le lieutenant-colonel Paulin Gnatoa Katé, au cours de son audition.

Celui-ci a été interpellé le 8 mars à Bassam, en compagnie de trois autres militaires pro-Gbagbo alors qu'ils se sont introduits secrètement à Abidjan, en provenance du Ghana. Sont également cités dans cet autre coup déjoué, des noms de civils bien connus dans l'entourage de l'ancien président Laurent Gbagbo : l'ex-ministre du Budget Koné Katina et le pasteur Koré Moïse. Le Procès verbal d'audition du lieutenant-colonel Gnatoa par le patron de la Dst (direction de la surveillance du territoire), révèle en effet qu'il a été recruté par l'ancien « pasteur de Gbagbo », Koré Moïse, à l'issue d'un conseil de guerre qui s'est tenu à Accra le 29 novembre 2011.

A cette réunion au cours de laquelle tout a été mis au point, étaient présents Justin Koné Katina, venu du Cameroun, Richard Kouamé Secret et un certain Amara Touré. Une partie de l'armement devrait provenir de l'Ukraine. Il est à noter que l'opération « faucon rouge » n'a rien à voir avec l'opération « Isaïe 60 », qui a été tuée dans l'oeuf avec l'arrestation inattendue de Anselme Seka Seka, l'ancien aide de camp de l'ex-première dame Simone Gbagbo. Cet autre coup devait aboutir à la même finalité : renverser par les armes le régime Ouattara. En rapportant ces faits, Jeune Afrique confirme donc les informations faisant état de tentatives de déstabilisation du pouvoir, que les securocrates de Ouattara dénoncent de façon récurrente.

Assane NIADA

Assane Niada

|

  • SOURCE: L'inter

1 | 2