Après les attaques meurtrières à Akouédo et Yopougon, les FRCI quadrillent Gagnoa


11/08/2012
Les attaques meurtrières survenues cette semaine dans des quartiers de la capitale économique, Abidjan et certaines localités de l’intérieur du pays n’a pas été sans portée à Gagnoa.

Réputé pour être le fief de l’ex-chef de l’Etat, Laurent Gbagbo. Depuis la nuit du 05 au 06 aout 2012, les forces républicaines de Côte d’Ivoire (Frci) sont sorties de leur camp pour reprendre les patrouilles comme après la crise post-électorale. Leur patrouille est constatée sur les principales artères de la ville et même dans les quartiers. Comme pour dire que les éléments du lieutenant Diomandé Vassézé, commandant des Frci de la région du fromager sont en alerte maximale pour parer à toute éventualité.

Cependant, comparativement aux années antérieures de leur arrivée à Gagnoa, les soldats ont été courtois à l’égard des populations. Mais, hier jeudi 10 août 2012, nous avons été témoin d’un fait étrange. En effet, après le passage de deux pick-up bourrées de soldats armés jusqu’aux dents avec des lance-roquettes, des kalachs en main aux environs de 22h, la joie des noceurs a cédé la place à l’inquiétude et aux interrogations. Tous s’interrogeaient sur les motifs de la patrouille intensifiée à cette heure de la nuit. Les suspicions assorties de commentaires allaient bon train.

Peu à peu, les rues ont commencé à se vider. Les vendeuses ont plié bagages. « Rangeons vite les bagages, on ne sait pas ce qui se prépare », a lancé une tenancière de maquis à Zapata. « On n’a pas de pièces d’identité, rentrons vite à la maison, les Frci arrivent. » Une conversation, ainsi surprise entre deux jeunes gens toujours dans ce même quartier. Mais le lendemain matin, il ne s'est rien passé.

Venance KOKORA à Gagnoa

Venance Kokora

|

  • SOURCE: L'inter