En tournée à Aboisso et à Noé: Hamed Bakayoko : « Pour la paix des Ivoiriens, on va être intraitable »

Ce que le ministre d’Etat a dit aux Frci
31/08/2012
Hamed Bakayoko a galvanisé les soldats en poste dans le Sud Comoé
Après la ville de Dabou la semaine dernière, le ministre d’Etat-ministre de l’intérieur, Hamed Bakayoko était, le vendredi 31 août 2012, à Aboisso et à Noé à la frontière ivoiro-ghanéenne.

Objectif : sensibiliser et informer les populations sur la situation sécuritaire après plusieurs attaques perpétrées par des individus armés contre les Forces républicaines de Côte d’Ivoire (Frci), il y a quelques semaines. A Aboisso où il s’est adressé aux populations dans la salle des fêtes de l’Infas, Hamed Bakayoko a traduit la détermination du gouvernement à ne pas laisser prospérer la chienlit.

‘’Pour la paix des Ivoiriens, on va être intraitable’’, a-t-il averti, révélant que le chef de l’Etat a donné des consignes fermes dans ce sens. Le ministre d’Etat a déploré le fait que des personnes parlent de ‘’match retour’’ après la crise postélectorale. ‘’Il y a des gens qui veulent qu’on traîne le contentieux électoral indéfiniment…Les palabres des élections sont terminées’’, a-t-il souligné avant de marteler : ‘’Ce qu’ils veulent faire, ils n’y parviendront pas’’. Pour le Patron de la sécurité ivoirienne, le temps des coups d’Etat est révolu.

Aux Chefs traditionnels, religieux, jeunes, femmes présents dans la salle, Hamed Bakayoko a lancé le message suivant : ‘’Je suis venu vous engager à être les gardiens de la paix en Côte d’Ivoire’’. Il a appelé les uns et les autres à être vigilants et à collaborer avec les forces de sécurité. ‘’Si vous voyez quelque chose d’anormal, ne soyez pas complices, il faut le dénoncer’’, a-t-il conseillé non sans mettre les chefs traditionnels face à leurs responsabilités. ‘’Si des chefs se rendent complices des actions de déstabilisation, ils seront destitués’’, a fait savoir Hamed Bakayoko. Qui a estimé que l’action des déstabilisateurs vise à empêcher les opérateurs économiques à investir en Côte d’Ivoire.

’Sur nos fiches, Aboisso est leur cible. Nos services sont informés qu’ils ont un projet de déstabilisation’’, a-t-il révélé. ‘’Nous veillons au grain’’, a-t-il ensuite rassuré les populations. Relativement à la réconciliation nationale, il a réaffirmé la volonté du président de la République, Alassane Ouattara, à faire en sorte que les Ivoiriens se réconcilient pour développer leur pays.

Langage de vérité

Aux Frci, le ministre n’a pas manqué de tenir un langage de vérité. ‘’Cette situation (de crise) ne doit pas être l’occasion de bavures. Il faut assurer la sécurité dans les règles. On peut assurer la sécurité en respectant les citoyens’’, leur a-t-il dit, tout en rappelant que le chef de l’Etat a condamné l’assassinat des policiers. Avant le ministre d’Etat, Kadja N’Zoré et Aka Aouélé, respectivement maire et président du Conseil général d’Aboisso, ont dénoncé les incessantes rumeurs d’attaque, qui créent une psychose dans la région.

‘’Notre région ne peut s’offrir comme une base arrière ou un terreau fertile à une rébellion…Les Agnis (…) ne peuvent soutenir ces actes isolés d’attaque…Les populations sont jalouses de leur sécurité. Elles sont disposées à coopérer avec le gouvernement’’, a indiqué Aka Aouélé à Hamed Bakayoko. Après Aboisso, le ministre d’Etat-ministre de l’intérieur, a mis le cap sur Krinjabo où il a présenté ses civilités au Roi Nanan Amon N’Douffou V et à sa cour. Hamed Bakayoko a terminé sa tournée à Noé (situé à 58 km d’Aboisso).

A ce poste frontalier, il a visité les différents locaux de la Police nationale et de la Douane avant de s’adresser à l’ensemble des forces de sécurité (Frci, Gendarmerie et Police). ‘’En venant ici, j’ai voulu toucher du doigt vos conditions de travail’’, a-t-il précisé avant de faire les recommandations suivantes : ‘’La plus grande réconciliation, c’est entre les forces de l’armée. Le président compte sur vous. Il vous faut accomplir votre tâche avec un sens élevé d’engagement. Je vous encourage malgré vos conditions difficiles de travail. Soyez vigilants car il y a des gens qui veulent déstabiliser le pays’’. Notons qu’Hamed Bakayoko qui était accompagné par le général Kouakou Kouassi Gervais (Commandant supérieur de la Gendarmerie), le général Bredou M’Bia (Directeur général de la Police), et Bony Kouassi Albert (Préfet de région), a fait plusieurs dons aux populations et aux forces de sécurité.

BAMBA Idrissa

(Envoyé spécial à Aboisso et Noé)

Bamba Idrissa

|

  • SOURCE: Soir info